mardi 7 juillet 2020
A VOIR

|

Les ailes du désir

Publié le

Publié le 01/09/2018 à 13:34 - Mise à jour le 01/09/2018 à 13:34
Lecture 2 minutes

Tous rêvent un jour de prendre les commandes d’un 747 ou d’un A380. Mais avant d’obtenir leurs galons de commandant de bord, ils auront un long chemin à parcourir. Un chemin qui passe parfois par des écoles privées de pilotage. Comme celle-ci, dont la direction est venue en Polynésie démarcher de futurs élèves.

En 21 mois, les recrues sont censées acquérir tous les brevets indispensables pour intégrer une compagnie, ce que nous explique Julien Villes, Directeur général Airways College. « Ils sortent de Airways avec une licence de pilote professionnel, une qualification aux instruments et une qualification d’entraînement multi-pilote. Ce qui leur permet d’être totalement apte de rentrer dans une  compagnie aérienne. »

Parmi les candidats intéressés : de nombreuses jeunes femmes. Comme Meha’i Marapma, 18 ans, qui muri son projet depuis longtemps. « J’ai toujours voulu faire cela, c’est un rêve de petite fille et j’espère atteindre mon objectif. Devenir pilote de ligne. »

Reste que le prix de la formation n’est pas à la portée de tous. En moyenne, elle s’élève à un peu plus de 9 millions de francs. Mais la conjoncture actuelle rend l’investissement rentable selon le directeur de l’école. « En ce moment cela marche très très bien, on a beaucoup de recrutements. c’est le bon moment pour se former. »

Pas sûr pour autant que les futurs pilotes polynésiens prennent un jour les commandes des airbus de la compagnie au tiare ou des ATR d’Air Tahiti. Mais pour ces amoureux du ciel, l’essentiel est ailleurs, comme pour Oscar Tereopa. « Je suis un passionné d’aéronautique, et puis si il faut s’expatrier, on a pas le choix. si ici on embauche pas, il faut aller ailleurs. Ma seule envie est de réussir et de travailler dans le plus bureau du monde. Un cockpit, et peu importe la compagnie. »
 

Rédaction web avec Jean-Baptiste Calvas

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV