dimanche 9 août 2020
A VOIR

|

Les agriculteurs et éleveurs concertés pour la stratégie agricole 2021-2030

Publié le

Une première réunion de présentation et de concertation relative à la stratégie agricole du Pays s’est tenue, mardi à Pirae, en présence du ministère de l’Economie verte et de la direction de l’Agriculture, ainsi que des acteurs du monde agricole.

Publié le 01/07/2020 à 9:39 - Mise à jour le 01/07/2020 à 9:54
Lecture 2 minutes

Une première réunion de présentation et de concertation relative à la stratégie agricole du Pays s’est tenue, mardi à Pirae, en présence du ministère de l’Economie verte et de la direction de l’Agriculture, ainsi que des acteurs du monde agricole.

Organisée par la Chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire (CAPL), cette journée d’échanges avait pour objectif de présenter et de discuter du schéma directeur de l’agriculture de la Polynésie française 2021-2030 (SDA-PF), qui est en phase finale d’élaboration.

Le SDA-PF, dont les travaux préparatoires ont débuté en 2019 par des missions d’expertise de l’IRAM (Institut de recherche et d’applications des méthodes de développement), du CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et de la CANC (chambre de l’agriculture de Nouvelle-Calédonie), est un programme d’actions qui a vocation à permettre un essor significatif de l’économie verte polynésienne à dix ans par la proposition de mesures d’intervention adaptées. Il vise au développement d’un secteur économique stratégique en intégrant, entre autres, la cohésion sociale des îles éloignées, la préservation des ressources naturelles et l’optimisation du foncier. Il doit in fine répondre à la fois aux besoins alimentaires des Polynésiens et à la nécessité de créer de l’emploi.

Pour assurer la réussite de ce schéma directeur d’une très grande portée, il est primordial pour le gouvernement de fédérer les acteurs du monde agricole autour d’une vision commune du devenir de l’agriculture sur l’ensemble des archipels.

C’est ainsi que la CAPL a réuni mardi les acteurs privés du secteur primaire afin qu’ils puissent se positionner sur la stratégie retenue et confronter leurs points de vue pour éclairer les choix du gouvernement en matière de politique agricole. Tout au long de la journée, à travers cinq axes de réflexion, les participants ont pu poser des questions sur les 29 stratégies retenues et les 300 actions proposées et amener des propositions constructives.

En amont de cette réunion, la CAPL avait lancé une large concertation par e-mail afin de recenser le maximum d’avis et de permettre à tous de s’exprimer, même les plus éloignés géographiquement de Tahiti. La CAPL recense plus de 2500 cartes agricoles professionnelles à travers les archipels et l’adhésion de l’ensemble des agriculteurs et des éleveurs à cette politique agricole ambitieuse est indispensable. Le projet final sera présenté au gouvernement et à l’assemblée de la Polynésie française dans les mois à venir.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV