dimanche 24 octobre 2021
A VOIR

|

Arrestation du Dr Théron : sa famille réagit

Publié le

Choqué par l’interpellation de son père, le docteur Jean-Paul Théron, son fils aîné, Léonard Théron, indique avoir fait un signalement à l'inspection générale de la Police nationale (IGPN). Le jeune homme déplore notamment, ces "actions de rétorsions" "envers des médecins dans une situation de saturation médicale" et appelle à l’apaisement dans une société polynésienne déjà sous tension.

Publié le 22/09/2021 à 10:00 - Mise à jour le 23/09/2021 à 10:23
Lecture 2 minutes

Choqué par l’interpellation de son père, le docteur Jean-Paul Théron, son fils aîné, Léonard Théron, indique avoir fait un signalement à l'inspection générale de la Police nationale (IGPN). Le jeune homme déplore notamment, ces "actions de rétorsions" "envers des médecins dans une situation de saturation médicale" et appelle à l’apaisement dans une société polynésienne déjà sous tension.

“C’était vraiment perturbant”, résume Léonard Théron, le fils aîné de la fratrie. A 20 000 kilomètres du fenua, depuis en Europe, les enfants du docteur Théron ont suivi impuissants l’interpellation musclée de leur père hier matin au centre Manu Iti de Paea. Une séquence forcément douloureuse à supporter pour la fratrie. Filmée par de nombreux témoins et abondamment relayée sur les réseaux sociaux, la scène a provoqué une onde de choc sur la toile. Pas de doute pour la famille, le traitement des forces de l’ordre était suffisamment disproportionné à la condition du sexagénaire pour faire un signalement à l’inspection générale de la police nationale (IGPN).

“Je pense que n’importe qui verrait son père ou sa mère dans une situation comme ça ne trouverait pas ça normal dans un Etat de droit (…) dans les démocraties modernes dans lesquelles on vit, on ne peut pas faire ça aux gens” justifie Léonard. “C’est pas possible d’aller à douze gendarmes pour attraper un médecin, un mec qui a 73 ans. Ca n’a pas de sens, il faut être responsable quand même”. Mais c’est aussi la “dérive” et la “tension sociale” qu’il voit “s’installer au sein de la population” polynésienne qui l’inquiète.

“Maintenant, n’importe quel prétexte peut être bon à déclencher des récupérations politiques ou rhétoriques sur des gens qui ont d’autres agendas” poursuit le jeune homme. “Ici en Europe, j’ai vu passé des tweets de Florian Philippon, le rassemblement national : l’antipode absolu de la conception de la société de notre famille.” Conscient de la personnalité “originale” du docteur Théron, il défend le caractère de quelqu’un “qui va au feu”, quitte à ne “pas respecter les consignes quand il estime qu’elles ne sont pas justes”, “qu’elles sont dangereuses”, ou “qu’elles font perdre des chances” aux petites gens. “Après c’est sûr : qui récupère toute cette histoire ? Les antivax, les clivages politiques indépendantistes, etc. J’ai demandé au Tavini de faire bien attention, de ne pas mélanger sa cause avec celle des autres qui ne sont pas du même combat et qui risquent de le décrédibiliser”.

Alors que la crise s’éternise, le caractère musclé de l’intervention n’était certainement pas de nature à apaiser ces tensions selon lui. “On en est à importer des médecins par avion et on tente d’arrêter les nôtres. Il y a un truc qui est gênant derrière. Alors après, il y a un code de déontologie médicale. (…) Mais je suis quand même surpris des méthodes”. Malgré sa déception, il appelle à l’apaisement. “Tant qu’on est dans une situation de crise comme ça, on doit surtout apaiser. Les gens ils ont besoin de paix pour le moment, ils ont besoin d’être rassurés, rassurés par rapport au risque Covid, rassurés par rapport au risque vaccin, par rapport au fait qu’il n’y a pas de deuxième agenda derrière une pandémie mondiale”.

Interrogé sur les plaintes portées contre le docteur Théron il s’en remet à la justice, mais reste intimement convaincu que les reproches contre son père sont “liées à ce qu’il a choisi de faire pendant la pandémie”. Quant aux traitements controversés utilisés par le taote, il répond que “beaucoup de gens dans la société n’ont les moyens de répondre à cette question, parce qu’il y a des choses qui ne sont pas tranchée, que la science évolue tous les jours et qu’un médecin, c’est pas un scientifique et un scientifique, ce n’est pas un médecin”. Il rappelle enfin que son père “ne s’est jamais positionné contre la vaccination”.

Rédigé par

infos coronavirus