fbpx
lundi 18 novembre 2019
A VOIR

|

L’église se positionne contre la PMA

Publié le

Déjà accessible aux couples hétérosexuels sur indication médicale, la PMA devrait être étendue à toutes les Polynésiennes, sans exception. L'adoption vendredi du projet de loi par l'assemblée nationale, leur permet en effet d’avoir accès à l’ensemble des techniques de procréation, avec une prise en charge par l'assurance maladie. Un texte que les confessions catholiques ne voient pas d'un très bon oeil.

Publié le 03/10/2019 à 11:44 - Mise à jour le 03/10/2019 à 15:05
Lecture 2 minutes

Déjà accessible aux couples hétérosexuels sur indication médicale, la PMA devrait être étendue à toutes les Polynésiennes, sans exception. L'adoption vendredi du projet de loi par l'assemblée nationale, leur permet en effet d’avoir accès à l’ensemble des techniques de procréation, avec une prise en charge par l'assurance maladie. Un texte que les confessions catholiques ne voient pas d'un très bon oeil.

Lesbienne, hétéro, célibataire ou non, toutes les Polynésiennes devraient bientôt avoir accès à l’insémination artificielle ou à la fécondation in vitro (FIV) pour avoir un enfant. L’assemblée nationale a effectivement adopté vendredi un projet de loi relatif à la bioéthique permettant à l’ensemble de la gente féminine un recours à la procréation médicalement assistée (PMA). “Avec la levée de cette interdiction, le projet de loi entend prendre en compte l’infertilité pathologique des femmes non mariées et des deux membres du couple, qu’il soit hétérosexuel ou composé de deux femmes” justifie le texte.

Les confessions ne l’entendent pas de cette oreille, évoquant le droit pour l’enfant de connaître ses deux parents. “Il faut respecter le désir des adultes d’avoir des enfants, mais pas de cette manière. Parce que on oublie trop souvent l’enfant. La loi donne le droit aux adultes (d’avoir recours à la PMA, ndlr), mais l’enfant ? C’est un être humain. Il aussi le droit de savoir d’où il vient” défend Père Joël Aumeran, vicaire général de l’église catholique. “Nous avons la possibilité de dire compte tenu de la loi organique qui demande à respecter les spécificités polynésiennes, que la société polynésienne ne peut pas faire entrer dans sa loi la PMA” tranche Marie-Christine, responsable juridique de la mission catholique.

Mesure phare du texte porté par la ministre de la Santé, Agnès Buzin, la généralisation de la PMA à toutes les femmes présente cependant une alternative coutumière en Polynésie, selon le représentant de l’église protestante. Il s’agit du fa’a’amu : l’adoption. “C’est un moyen pour tout parent qui ne peut pas avoir d’enfant, le maohi a toujours prôné ce moyen-là. Il s’agit vraiment de considérer cet enfant comme son propre enfant” indique Mitema Tapati.

Une assemblée générale est prévue samedi à l’église Saint-Paul à Mahina où les confessions religieuses débattront de cette question.

Question d’éthique centrale, l’accès aux origines pour les enfants nés d’un tiers donneur a bien-sûr été prévu par le législateur. En effet, “l’article 3 du projet de loi permet à un enfant né d’assistance médicale à la procréation avec tiers donneur d’accéder à un certain nombre de données non identifiantes le concernant, et, s’il le souhaite, à l’identité de celui-ci.” Ce qui représente un changement important par rapport à la législation actuelle, fondée l’anonymat du donneur. “Tout donneur devra ainsi manifester son consentement exprès à la communication à l’éventuel enfant de ses données non identifiantes, et de son identité avant de procéder au don.”

Des séjours thérapeutiques pour jeunes en difficulté

Depuis trois ans, le nombre de délits commis par des mineurs au fenua est en baisse. Afin de lutter contre la récidive, les adolescents sont pris en charge par la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse. Celle-ci agit sur trois leviers : la famille, l’insertion et la santé. Sur ce dernier volet, trois séjours thérapeutiques ont été organisés cette année. Le dernier vient de se terminer à la Presqu’île.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X