vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

L’Église protestante sensibilise plus de 1000 enfants à la non-violence

Publié le

Publié le 15/07/2016 à 12:56 - Mise à jour le 15/07/2016 à 12:56
Lecture 2 minutes

Quelle triste coïncidence. Alors qu’un attentat a été perpétré à Nice il y a 2 jours, l’Église protestante a décidé d’organiser une journée de sensibilisation à la non-violence et au bien-être. Un rassemblement qui intervient alors que les faits divers locaux, nationaux et internationaux s’enchaînent. « Il est d’actualité de voir toute cette violence qui nous entoure. Aussi bien en France, qu’ici. Alors quelle coïncidence. Ce qui s’est passé à Nice, beaucoup d’innocents ont trouvé la mort donc quelque part nous voulons dire à travers les CLSH (NDLR: Centre de loisirs sans hébergement) : arrêtons ce massacre. Une journée pour dire à nos familles, que nous sommes de tout coeur avec eux pour faire valoir, le bien-être, la joie, la non-violence », a confié Raymond Jamet, président des écoles du dimanche de l’Église protestante.
 
 
À Tahiti comme sur l’île soeur, les protestants ont réuni plus de 1000 enfants. Ce samedi matin à Tipaerui 10 centres de vacances étaient présents, soit 800 petits. Concrètement, plusieurs activités ont été proposées sur les thèmes du bien-être et de la non-violence. « Il n’est pas facile de trouver des moyens. ,j’ai remarqué  par un regard déplacé quelques uns ont une certaine provocation l’égard de celui qui le regard, nous sommes un peuple accueillant, de paix, donc c’est quelque chose à refaire valoir au revoir, stp merci, ce sont des bases fondamentales pour assurer la paix, le bien-être de nos enfants », s’est confié Raymond Jamet au micro de Tahiti Nui Télévision.
 
 À Moorea, près de 500 enfants ont aussi partagé la même journée.
 

Rédaction Web (Interview Thierry Teamo)

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu