samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

L’EGAT étrillé par la Chambre Territoriale des Comptes

Publié le

Publié le 27/02/2018 à 12:05 - Mise à jour le 27/02/2018 à 12:05
Lecture 2 minutes

La CTC s’est penchée sur la gestion, jugée « désastreuse », de l’EGAT de 2010 à aujourd’hui.
 
Un établissement public qui gère notamment le domaine d’Atimaono (dont le golf) mais aussi le domaine du motu Ovini dont dépend le musée Gauguin. Mais une structure, selon la Chambre, privée « de toute stratégie de développement ».
 
« En dépit des déclarations d’intention des présidents du conseil d’administration comme des directeurs, aucun plan stratégique de développement n’a été élaboré et validé. L’examen de l’activité et des décisions de gestion montrent au contraire que des projets parcellaires ont été engagés, voire financés puis in fine abandonnés, générant ainsi un réel gaspillage d’argent public », écrivent les magistrats financiers.
 
 « L’EGAT n’exerce pas l’activité d’aménagement et de développement pour laquelle il a été créé », ajoutent-ils, et concentre son activité sur le golf d’Atimaono dont la fréquentation est en « forte baisse ».
 
Pour ce qui est du musée Gauguin, fermé au public en 2013, le site est aujourd’hui « dépourvu de projet défini et sans programme d’entretien ni gardiennage ». Une situation qui aboutit à l’aggravation de son « délabrement ».
 
La CTC constate également des « graves dysfonctionnements » dans la gestion des lots agricoles à Atimaono. Et en premier lieu, « la méconnaissance des conditions d’occupation des lots, l’absence de tout suivi des créances et par conséquent une perte financière pour l’établissement ».
 
Et la gestion en interne de l’établissement lui-même est sujette à caution.  La CTC émet ainsi « une opinion négative sur la sincérité budgétaire » de la structure qui ne tient « pas de comptabilité d’engagement pour l’ensemble de ses achats de biens et services ». Elle « s’étonne » d’ailleurs « de l’absence de réaction du conseil d’administration ».
 
« L’encadrement du personnel et des prestataires de service est très insuffisant : il n’existe pas de planning ni de gestion du temps de travail du personnel, les cadres n’opèrent aucun contrôle de l’activité ». Bref, « les actes élémentaires de la gestion d’un établissement ne sont pas maitrisés », selon la CTC.
 
Après ces vives critiques, la Chambre préconise, comme à l’accoutumée, diverses mesures pour remédier à la situation. Comme « définir des objectifs stratégiques d’aménagement et de développement » ou « mettre en conformité les moyens de l’établissement avec les missions définies par les objectifs stratégiques ». Mais elle propose aussi d’entamer « une réflexion sur la pérennité de l’établissement lui-même ».
 

J-B. C. 

Consultez le rapport en cliquant ICI

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Lutte contre le plastique : le Vanuatu en exemple

Le média digital Brut a consacré un reportage vidéo à l'archipel de Vanuatu. Nos cousins du Pacifique sont des pionniers en matière de lutte contre le plastique. Ce tout petit pays a réussi à trouver des alternatives pour éviter la consommation de plastique.

Un yacht de luxe réparé par une jeune entreprise...

La Polynésie est une escale incontournable pour de nombreux voiliers et yachts de luxe. Dans le Pacifique, les réparations de ces bateaux haut de gamme construits en carbone se font habituellement en Amérique du Sud ou en Nouvelle Zélande. Entre ces deux pays, la Polynésie joue sa carte avec ses compétences. Une jeune société spécialisée dans les matériaux composite s’est chargée de réparer la bôme cassée d’un voilier d’exception.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV