samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Le Wind Spirit va débuter ses croisières en Polynésie

Publié le

Publié le 01/05/2014 à 14:13 - Mise à jour le 01/05/2014 à 14:13
Lecture 2 minutes

Visite à bord du paquebot à voiles Wind Spirit, de la société Windstarcruises aujourd’hui vendredi pour le président de la Polynésie française et plusieurs ministres. Arrivé jeudi premier mai dans le port de Papeete, ce quatre-mâts commence une série de croisières dans les eaux polynésiennes qui va durer six mois. Dès ce mois-ci ce paquebot va proposer à une clientèle haut de gamme des rotations à Moorea ainsi qu’aux îles Sous-le-Vent, à Huahine, Raiatea, Tahaa et Bora Bora.
Le Wind Spirit peut accueillir jusqu’à 148 personnes en plus d’un équipage de 90 personnes. Long de 134 mètres, ce paquebot à voiles dispose de deux salles de restaurants, d’un spa, d’un casino, d’une salle dédiée aux spectacles, d’une bibliothèque, d’une piscine, d’un jacuzzi et d’un espace dédié aux activités sportives. Les croisières proposées, indique la compagnie Windstarcruises, mettront l’accent sur l’histoire et la culture polynésienne.
La compagnie Windstarcruises retrouve la Polynésie puisqu’un navire similaire au Wind Spirit, le Wind Song avait dès 1987, effectué des croisières dans les eaux polynésiennes. Des navires de cette compagnie n’étaient pas revenus en Polynésie depuis plus de dix ans.
Basée à Seattle, sur la côte Ouest des Etats-Unis, la société Windstarcruises dispose d’une flotte de sept navires, dont trois à voiles, capables de transporter de 148 à 310 passagers.

 
 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.