vendredi 18 juin 2021
A VOIR

|

Le travail carcéral pour préparer la réinsertion des détenus

Publié le

Publié le 09/08/2017 à 16:57 - Mise à jour le 09/08/2017 à 16:57
Lecture 2 minutes

Ces détenus condamnés à 2 ans ou moins préparent leur sortie. Au centre de détention de Tatutu comme à celui de Nuutania, des ateliers professionnels sont proposés pour maintenir une activité le temps de l’emprisonnement.

Quinze  volontaires travaillent à l’assemblage de compteurs électriques. Pose de disjoncteur, câblage, tout est assemblé sur place. Le matériel et les outils sont mis à disposition  par la société Engie. L’accès à l’emploi est l’un des outils de réinsertion. Dans cet ateliers, les détenus travaillent pour acquérir de nouvelles compétences.

« Je m’occupe de tous les câblages, dénuder les fils puis après les sertir avec les embouts. Ce travail me donne l’opportunité de préparer ma sortie. Dans la vie courante, je faisais un peu de bricolage, mais je n’avais jamais fait d’électricité. Quand on nous a proposé cette formation, je me suis porté volontaire. », explique un détenu.

Yvan Colin, directeur adjoint du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation, nous en dit plus « Ce type d’activité se pratique beaucoup dans les prisons de métropole. Le travail pénal. C’est une excellente chose qu’à Tatutu, la direction ait pu lancer ce projet en partenariat avec EDT engie. »

Espérant que ce travail sera pérenne, Yvan Colin souhaite aussi que de nouveaux partenaires se déclarent. « Des contacts ont été pris dans ce sens avec certaines grosses entreprises locales. »

Pour lui, la réinsertion est primordiale pour les détenus. « On se réinsère en étant acteur de sa détention. Au-delà de cela, nous sommes très demandeurs de formations qui sont faites en partenariat avec le Sefi, et d’ailleurs, une formation aux métiers de l’agriculture devrait voir le jour en août prochain. » Cet apprentissage initié par Docéo Formation, concernera 12 détenus qui suivront ce cursus durant douze semaines.
 
Avec un contrat à temps partiel de 15 heures par semaine, les détenus peuvent ainsi aménager leur peine. Un contrat qui durera le temps de leur détention. Le centre de détention de Papeari accueille 195 détenus. Au total 87 détenus ont un travail en attendant leur remise en liberté.

 

Rédaction web avec Thomas Chabrol

Le reportage de TNTV du 10 août 2017

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.