mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Le Syndicat national des journalistes interpelle l’assemblée de la Polynésie

Publié le

Publié le 05/11/2016 à 9:41 - Mise à jour le 05/11/2016 à 9:41
Lecture 2 minutes

Le 27 septembre dernier, le Conseil économique, social et culturel (CESC) a rendu un avis défavorable au projet de loi visant à modifier le code du travail pour la profession de journaliste en Polynésie. Le CESC invoquait “l’étroitesse du marché local et le nombre restreint d’entreprises”.
 
Reporters sans frontières avait réagi dans un communiqué en demandant à l’assemblée de la Polynésie “qui vote les lois, de ne pas suivre l’avis du CESC”. 
Ce dimanche, c’est le Syndicat national des journalistes (SNJ) qui s’exprime à son tour. “Les journalistes polynésiens aussi ont une conscience”, titre le SNJ. 

“L’assemblée de la Polynésie française s’apprête à examiner un projet de loi sur la liberté de la presse qui doit accorder aux journalistes la possibilité de prendre la clause de cession et la clause de conscience. Soit deux dispositions qui garantissent en métropole, depuis 1935, les intérêts moraux des journalistes. Elles garantissent aussi et surtout les citoyens dans la confiance qu’ils peuvent avoir dans l’indépendance des médias”, souligne le syndicat. “L’avis négatif donné à ce projet de loi par le Conseil économique, social et culturel (CESC) le 27 septembre dernier a consterné la profession.”

“Les entreprises de presse en Polynésie française bénéficient d’aides à la presse, directes et indirectes, et d’un régime économique favorable. Elles doivent en accepter les contreparties, notamment sociales”, estime le SNJ qui demande “à l’assemblée de la Polynésie française de reconnaître que les journalistes polynésiens ont, eux aussi, une conscience.”

Rédaction web

Retrouvez le communiqué du SNJ en intégralité en cliquant ICI
  

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.