mardi 24 novembre 2020
A VOIR

|

Le Superman Arii’ura et sa maman sont rentrés à Tahiti

Publié le

En Nouvelle-Zélande depuis le 7 mai, Isaura Teehu et son fils défunt sont enfin rentrés au fenua hier, vers 18 heures 30.

Publié le 18/06/2020 à 15:03 - Mise à jour le 18/06/2020 à 16:38
Lecture < 1 min.

En Nouvelle-Zélande depuis le 7 mai, Isaura Teehu et son fils défunt sont enfin rentrés au fenua hier, vers 18 heures 30.

Beaucoup d’émotions hier soir, à l’aéroport international de Tahiti-Faa’a. 27 résidents bloqués en Nouvelle-Zélande étaient de retour au fenua. Parmi eux, Isaura Teehu et son défunt fils, Arii’ura.

Pour rappel, le 7 mai dernier, l’avion militaire A400M avait effectué une évacuation sanitaire à destination d’Auckland : celle d’un bébé de trois mois qui avait besoin de soins chirurgicaux urgents. Arii’ura avait alors été évasané avec sa mère. Malheureusement, le nourrisson n’avait pas survécu à l’opération et était décédé. Depuis, sa maman attendait de rentrer avec lui, afin de pouvoir faire son deuil et organiser ses funérailles.

Après des semaines douloureuses d’attente, tous deux ont donc pu rentrer chez eux :

Enfin tu es làMaman Teehu Isaura avec bébé #ARIIURA#

Posted by Marokauley Kinalauley Teriitetoofa on Wednesday, June 17, 2020


Ils étaient nombreux à être venus les accueillir, le cœur lourd, mais soulagés de les voir rentrer : famille, amis, proches… mais également des personnes qui avaient été très touchées par leur histoire. Chants, prières… Le Superman Arii’ura était entouré de beaucoup d’amour pour son retour.

(Avec l’aimable autorisation de la famille)

« Mon bébé et moi sommes heureux d’être arrivés ici à Tahiti. (…) Je remercie toute la Polynésie, tous ceux qui nous ont soutenus et qui sont toujours avec nous » nous a confié aujourd’hui Isaura.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.