mardi 24 novembre 2020
A VOIR

|

Le style local d’une pension à Apataki

Publié le

Papa Faraire Orbek est l'un des habitants les plus actifs et les plus fascinants de l'atoll. Il a pratiquement fait le tour du monde pendant 20 ans, avant de revenir sur son île pour la valoriser grâce à son expérience. Il nous présente aujourd'hui sa pension de famille :

Publié le 31/10/2020 à 14:00 - Mise à jour le 31/10/2020 à 12:35
Lecture 2 minutes

Papa Faraire Orbek est l'un des habitants les plus actifs et les plus fascinants de l'atoll. Il a pratiquement fait le tour du monde pendant 20 ans, avant de revenir sur son île pour la valoriser grâce à son expérience. Il nous présente aujourd'hui sa pension de famille :

C’est avec fierté que Papa Faraire Orbek présente sa pension de famille au cœur de l’unique village Niutahi. Une structure d’accueil dans le style local : « J’ai lancé ma petite pension de famille en 1995, et depuis, elle accueille toujours les visiteurs. Tous les 5 ans, je tresse de nouvelles palmes de cocotiers pour la toiture et les murs. J’ai décidé de favoriser le style local en bord de mer. Après le petit-déjeuner, on finit généralement à l’eau ».

Apataki ne fait pas tellement partie des destinations privilégiées des voyageurs, même si l’île est connue des voiliers pour son atelier de carénage. Ce sont plutôt les habitants de Tahiti en mission sur l’atoll ou encore les familles qui visitent cette petite pension. « J’accueille surtout les entreprises de Tahiti, les gendarmes, les enseignants, les représentants du service de la mer ou encore les docteurs. De temps en temps, les propriétaires de voiliers s’arrêtent chez moi. Pour les occuper, je les envoie au parc à poissons ou au secteur pour pic-niquer » nous dit Papa Faraire.

L’île a pourtant un charme authentique. Cette île oubliée des Tuamotu, en plus de son lagon magnifique, a préservé ses légendes, ses mythes et ses traditions. C’est ce qui fait de ce petit bout de terre une destination unique…

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.