samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Le service de l’urbanisme donne un avis défavorable au futur lotissement de Thierry Barbion

Publié le

Publié le 13/08/2018 à 9:12 - Mise à jour le 13/08/2018 à 9:12
Lecture 2 minutes

Difficile de dire aujourd’hui si le nouveau projet du promoteur Thierry Barbion verra le jour sur les hauteurs de Faa’a, au-dessus de Miri 4. Trois des 22 hectares font déjà l’objet d’un litige foncier (comme l’ont révélé nos confrères de la Première).

Mais aujourd’hui, selon nos informations, c’est la totalité du projet qui est remis en cause depuis un avis rendu le 7 juin dernier par le service de l’urbanisme. La cellule plan de prévention des risques de ce service du Pays avait été saisie en mai dernier.

En cause, le classement en « aléa moyen de glissement de terrain » d’une grande partie de la zone et le classement en « aléa fort » de l’autre partie. Une zone également traversée par un aléa fort d’inondation. Des risques qui rendent normalement ces terrains inconstructibles.
 
Mais le promoteur pensait pouvoir passer outre ces risques grâce à deux études géotechniques (commanditées par lui-même) et assurant qu’en respectant certaines règles de terrassement le lotissement pourrait voir le jour.

Des études que le service de l’urbanisme balaye dans son avis du 7 juin. Dans un document technique de trois pages, l’ingénieure en charge du rapport pointe tous les éléments d’analyse manquants qu’auraient dû pratiquer les auteurs des deux études réalisées pour le promoteur.

En conclusion l’avis est sans appel : « Les éléments transmis ne sont pas suffisants du point de vue des risques naturels pour délivrer un avis favorable. » Les aléas fort et moyen de mouvement de terrains sont maintenus. Reste maintenant au promoteur à répondre point par point aux demandes du services de l’urbanisme s’il espère pouvoir obtenir un permis de lotir.
 

Bertrand Parent

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

CAPF : ouverture des inscriptions pour la rentrée 2020/2021

Les inscriptions pour la saison 2020/2021 du Conservatoire artistique de la Polynésie française ouvrent ce mardi 2 juin 2020, jusqu'au vendredi 31 juillet prochain.

Taravao : les produits made in fenua de Hautia...

À la Presqu’île, une exposition entièrement dédiée au fait main a lieu depuis vendredi au centre Vahinerii. 20 créateurs se sont regroupés pour exposer leurs produits… Le groupe d’artisans qui se fait appeler "Fait main à la Presqu’île" existe depuis 15 ans et propose trois expositions par an. Parmi eux, Hautia Prokop est une toute jeune entrepreneuse. Elle s’est lancée dans la transformation de produits locaux du terroir.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV