mardi 18 mai 2021
A VOIR

|

Le RSMA, une seconde chance pour de nombreux jeunes

Publié le

Implanté au fenua en 1989, le Service militaire adapté accueille et forme chaque année près de 650 jeunes polynésiens, âgés de 18 à 25 ans, pour favoriser leur insertion professionnelle. Ces cinq dernières années, il a affiché un taux d’insertion de 90%. Pour de nombreux volontaires, c’est une seconde chance que leur offre le RSMA, mais surtout une deuxième famille.

Publié le 30/04/2021 à 15:08 - Mise à jour le 30/04/2021 à 15:08
Lecture 3 minutes

Implanté au fenua en 1989, le Service militaire adapté accueille et forme chaque année près de 650 jeunes polynésiens, âgés de 18 à 25 ans, pour favoriser leur insertion professionnelle. Ces cinq dernières années, il a affiché un taux d’insertion de 90%. Pour de nombreux volontaires, c’est une seconde chance que leur offre le RSMA, mais surtout une deuxième famille.

Cette année, 530 stagiaires et 142 techniciens, tous volontaires, rejoindront les rangs du RSMA. Implantée au fenua depuis 32 ans, la structure a déjà permis à plusieurs générations de Polynésiens de s’insérer dans la vie active.

« Depuis, nous avons élargi nos formations, explique le colonel Christophe Soriano, chef de corps du Régiment du service militaire adapté de Polynésie française. Bien sûr, les métiers du bâtiment sont toujours présents, les métiers de la restauration-hôtellerie sont toujours présents. Mais nous avons également les métiers du tertiaire, agent administratif. Nous avons également des métiers liés aux transports et à la logistique. Depuis l’année dernière, nous formons aux transports en commun. Nous sommes je crois la seule auto-école à former aux transports en commun sur le fenua. Et chaque année, nous avons une filière qui change en fonction des besoins du fenua. »

Pour les nombreux engagés, souvent en grandes difficultés, en rupture avec leur milieu familial, ou en situation d’illettrisme, les opportunités du régiment sont persuasives.

« C’est quand même une chance pour nous de pouvoir passer le permis grâce au RSMA, vu qu’à l’extérieur c’est cher. Tandis qu’au RSMA, c’est gratuit et c’est une opportunité qui aide beaucoup », confie Tevaiarii, une volontaire stagiaire de 25 ans.

« Je me suis engagée parce que je ne trouvais pas de travail à l’extérieur, indique quant à elle Heitiare, 22 ans. Au début ça a été dur quand je suis entrée avec le sport et tout, mais sinon quand on a commencé notre formation, ça s’est bien passé. Il y a beaucoup de cohésion entre nous et les chefs. »

Comme Tevaiarii et Heitiare, ils sont nombreux à aspirer à un avenir meilleur malgré les épreuves de la vie, accentuées en temps de crise. Une fenêtre d’espoir que tiennent à entretenir et développer les autorités.

(crédit photo : présidence de la Polynésie française)

Partenariat renforcé entre l’État, le Pays et le RSMA

Le haut-commissaire Dominique Sorain, le président Édouard Fritch, et le chef de corps du Régiment du service militaire adapté de Polynésie française, le colonel Christophe Soriano, ont signé jeudi, en présence de la ministre du Tourisme et du Travail, Nicole Bouteau, et de la ministre de l’Éducation, Christelle Lehartel, la convention tripartite 2021-2023 qui renforce la coopération engagée depuis plusieurs années entre les acteurs du territoire qui œuvrent pour l’insertion professionnelle des jeunes. Il s’agit de la 6e convention signée depuis 2006.

À compter de l’été 2021, le régiment du service militaire adapté de Polynésie française (RSMA-Pf) élargit désormais son recrutement à un public plus jeune, dès 16 ans, en situation de décrochage scolaire. En collaboration avec le ministère de l’Éducation et de la modernisation de l’administration, ainsi que le Vice-Rectorat, un parcours de remobilisation de 30 jours est proposé à une trentaine de Volontaires Jeunes Cadets dans quatre lycées partenaires. 

La nouvelle convention réaffirme ainsi le rôle essentiel du RSMA-Pf dans la formation et l’insertion socioprofessionnelle des jeunes de Polynésie française, mais aussi dans son rôle d’éducation citoyenne.

Pendant leurs enseignements au RSMA, des ateliers de recherche d’emploi financés par le SEFI permettent d’initier l’après formation. De plus, des formations qualifiantes ponctuelles dispensées au sein du RSMA, adaptées aux besoins du marché du travail local, sont aussi proposées et financées chaque année par le Pays via le SEFI. Des passerelles vers des formations qualifiantes (au CFPA notamment) sur des métiers en tension au sortir du RSMA sont déjà actives et prouvent leur efficacité.

Prônant une réponse globale à l’exclusion et au décrochage scolaire, le RSMA-Pf permet à chaque jeune éloigné du marché de l’emploi, de 18 à 25 ans, de trouver sa place au sein de la société. En 2021, le RSMA-Pf accueillera environ 530 volontaires stagiaires (contre 510 en 2017) et emploiera 142 volontaires techniciens.

Présent dans les archipels éloignés (Marquises et Australes), le RSMA-Pf contribue au maintien d’une population jeune et active dans ces zones isolées. La formation garantit l’acquisition des compétences nécessaires à leur insertion sociale et professionnelle : l’épanouissement personnel, l’apprentissage de la citoyenneté, la découverte du sens du service, au travers notamment d’un accompagnement médico-psychosocial.

Les autorités de l’État et du Pays ont tenu à réitérer leur confiance dans l’action que mène le RSMA-Pf sur le territoire au profit de l’emploi local, au service de la population, comme des élus polynésiens que des chefs d’entreprise. Une confiance qui se traduit à l’issue de la formation par un taux d’insertion de plus de 90 % depuis près de 5 ans.

infos coronavirus

Vaccin, nucléaire, social : l’interview en Polynésie de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer

La visite du ministre des Outre-mer en Polynésie s'est achevée vendredi après un passage dans l'archipel des Marquises. Sébastien Lecornu était l'invité de notre journal avant de repartir en métropole :

Une pétition pour pouvoir voyager en métropole

Les déclarations du ministre des Outre-mer ont douché les espoirs de centaines d’habitants qui espéraient enfin pouvoir fouler le sol de métropole...