samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Le rapport Erom est désormais entre les mains de l’État

Publié le

Publié le 19/11/2018 à 10:30 - Mise à jour le 19/11/2018 à 10:30
Lecture 3 minutes

C’est fait. Ce mardi à Paris, la sénatrice Lana Tetuanui, en tant que présidente de la commission extra-parlementaire sur le suivi nucléaire, a remis au Premier ministre Édouard Philippe le rapport « article 113 Loi Erom ».
 
Le président du Pays Édouard Fritch, le président de l’assemblée de la Polynésie française Gaston Tong Sang, et la députée Nicole Sanquer étaient également présents à ses côtés pour l’occasion.
 
« Je peux dire que nous sommes rassurés sur les réponses apportées par le Premier ministre », a déclaré Lana Tetuanui au sortir de la réunion.
 
Parmi les avancées obtenues figurent notamment la consolidation de la nouvelle méthodologie d’indemnisation du Civen (le Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires présidé par Alain Christnacht depuis février 2017), l’appui de l’État qui enverra des médecins en renfort au centre de suivi médical à Papeete, ainsi que la création de l’Institut d’archives et de documentation sur le fait nucléaire.

> Un travail de confiance a été entamé

Un peu plus tôt, Annick Girardin, ministre des Outre-mer, indiquait que « le Premier ministre a réaffirmé la reconnaissance de ce fait nucléaire en Polynésie française et s’est félicité du travail mené par la commission ».
 
« Aujourd’hui, nous avons un rapport qui a été remis et l’État suivra les recommandations qui ont été faites et qui nous permettront d’être au côté du Pays mais aussi de nos concitoyens de la Polynésie qui attendent une reconnaissance et une indemnisation », a-t-elle poursuivi.
 
Dans son esprit, « le travail de confiance qui a été entamé » doit se poursuivre, « au sujet du traitement de la question des indemnisations des victimes mais aussi des pollutions des terres ». Elle a précisé que ne nombreux cas d’indemnisation étaient déjà traités et que cela allait s’accélérer.

> Une douloureuse histoire commune

Au cours de cette réunion, le président Édouard Fritch a fait une déclaration dans laquelle il a précisé au Premier ministre Édouard Philippe qu’il savait qu’il aurait à cœur de « mettre en œuvre les préconisations de ce rapport ».  
 
« Je suis convaincu que ce seront des recommandations de bon sens qui, si elles sont suivies d’effets, permettront aux Polynésiens de bien comprendre que la France entend assumer la plénitude de ses engagements et de sa solidarité, a-t-il affirmé. C’est notre souhait et sachez bien que nous serons à vos côtés pour pacifier ce qui reste une douloureuse histoire commune. »

Pour mémoire, la commission extra-parlementaire présidée par Lana Tetuanui a été créée par la loi Égalité Réelle Outre-mer (Erom) du 28 février 2017. Elle a été chargée de proposer au gouvernement des mesures en lien avec l’indemnisation des personnes dont la maladie est causée par les essais nucléaires.
 

Rédaction web, avec communiqué

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV