samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Le public fidèle au défilé du 14 Juillet

Publié le

Le ciel chargé n’a pas découragé le public qui est venu en nombre, ce dimanche, assister au traditionnel défilé du 14 Juillet. Plus de 500 agents des services de l’Etat ont participé aux festivités qui se sont déroulées sur l’avenue Pouvana’a a O’opa. Un moment chargé d’émotion pour certains.

Publié le 14/07/2019 à 18:58 - Mise à jour le 14/07/2019 à 18:58
Lecture 2 minutes

Le ciel chargé n’a pas découragé le public qui est venu en nombre, ce dimanche, assister au traditionnel défilé du 14 Juillet. Plus de 500 agents des services de l’Etat ont participé aux festivités qui se sont déroulées sur l’avenue Pouvana’a a O’opa. Un moment chargé d’émotion pour certains.

La tête haute, le regard franc, une démarche assurée… Gendarmes, militaires ou encore sapeurs-pompiers, tous avaient fière allure dans leurs uniformes des grands jours. Durant une demi-heure, les agents des services de l’Etat ont défilé devant les autorités et les spectateurs, dont certains affichaient leur préférence.

Comme cette mamie, qui a vibré pour le chant des Tamarii Volontaires. « C’était beau, ça donnait la chair de poule, souffle-t-elle. C’est chanté avec cœur, avec amour, et ça donne du baume au cœur. »

Plus loin, une petite fille n’avait d’yeux que pour le défilé de la gendarmerie nationale, « parce que mon papa a défilé dedans ».

(crédit photo : haut-commissariat de la République en Polynésie française)

Plus qu’un défilé, cette cérémonie du 14 Juillet est l’occasion de se souvenir de ceux qui sont tombés aux combats, mais aussi de saluer ceux qui œuvrent au quotidien pour assurer la défense et la sécurité des populations.

« C’est une fierté pour nous tous parce qu’il ne faut pas oublier, malgré tout, que la présence de la Défense chez nous, c’est aussi notre protection d’abord, c’est pour nous défendre nous, les Polynésiens, a déclaré le président Edouard Fritch. Et ça fait plaisir parce qu’aujourd’hui, cette défense est aussi assurée par un grand nombre de Polynésiens dans différents corps. »

Certains étaient même arrivés de Castres pour l’occasion. « Dans ces rangs il y avait beaucoup de Tahitiens qui ont fait l’Afghanistan, qui ont été blessés en Afghanistan, a confié un porte-drapeau. Ils ont été remerciés par le chef de corps. C’est pour ça qu’ils sont revenus en Polynésie. Le chef de corps leur a donné ce cadeau, pour qu’ils puissent revoir leurs familles au fenua. »

Norbert Teriierooiterai. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Je suis l’arrière petit-fils de Teriierooiterai a Teriieroo, confie Norbert Teriierooiterai. Mon grand-père a fait les deux grandes guerre, celle de 1914-1918 et celle 1939-1945. Je sais qu’on a une rue Teriierooiterai qui n’est pas loin d’ici. Et son nom est gravé au musée des Invalides, je l’ai vu avec mon fils. »

La garden party à la résidence du haussaire. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Après le défilé, les festivités se sont poursuivies à la résidence du haut-commissariat pour la traditionnelle garden party où de multiples animations culturelles étaient proposées.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : le ministre des Outre-mer fait le point...

À la demande de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, celui-ci et les membres de son cabinet, ont tenu une visio-conférence ce matin qui a réuni Dominique Sorain, Haut-commissaire de la République, Edouard Fritch, Président de la Polynésie française et Teva Rohfritsch, Vice-Président.

Une rentrée des secondaires sous le signe du masque

Ce mardi matin avait lieu la rentrée des collégiens et lycéens. Une rentrée où le port du masque était plus ou moins respectée par les élèves.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV