samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Le Paul Gauguin, 20 ans et un poids économique important

Publié le

Publié le 17/02/2018 à 11:49 - Mise à jour le 17/02/2018 à 11:49
Lecture 2 minutes

Feu d’artifice, petits fours et grands discours. Ce samedi, le navire de croisières Paul Gauguin a célébré son 20ème anniversaire. De nombreuses personnalités étaient présentes à cet événement.

Dick Bailey, président du Paul Gauguin, a rappelé dans son discours d’ouverture les bons résultats de la société. Des chiffres repris par le ministre de l’Equipement, Luc Faatau. Après avoir félicité la direction du PGC, ce dernier a insisté sur l’importance pour le fenua d’avoir un tel bateau de croisières dans ses eaux. Il a indiqué que le Pays soutenait cette entreprise et a déclaré :

« Il faut faire des efforts au niveau du carénage. Nous avons demandé au port autonome d’investir dans ce sens. Nous avons constaté un gros déficit dans ce domaine-là. Les bateaux sont obligés de partir à l’extérieur pour faire leur carénage. »

Le ministre de l’Equipement a affirmé que des études étaient en cours sur la zone de Papeete pour aménager un site qui permettrait aux navires d’effectuer leurs travaux de maintenance au fenua.

Cet anniversaire était aussi l’occasion de faire un point sur les projets du Paul Gauguin. Une nouvelle escale a été choisie : la presqu’île.

Le 6 juillet prochain, pour la première fois, les croisiéristes feront une halte à Vairao. Un événement auquel toute la population se prépare. Le tāvana délégué de Vairao, Jonathan Terihaa, a exposé :

« C’est un privilège pour toute commune. Nous sommes en train de développer les sites touristiques. Toute la population se prépare à accueillir le Paul Gauguin. 

Fort de tous ces soutiens, le Paul Gauguin devrait naviguer encore longtemps en Polynésie.

1% DES SALARIES SONT POLYNESIENS

Sur le Paul Gauguin, seuls les guides sont originaires du fenua. Ce qui représente 1% des salariés.  La majorité du personnel vient des Philippines. A la question : est-ce qu’un équipage 100 % polynésien sera possible un jour ? Le président du bateau, Dick Bailey, répond sans détour :

« Nous sommes très ouverts aux polynésiens qui souhaitent accepter les conditions de travail international qui s’appliquent à tous les bateaux en mer. Il n’y a pas beaucoup de Polynésiens qui seraient d’accord. Nous sommes un peu gâtés. Mais pour ceux qui sont prêts à l’accepter, la porte est grande ouverte. »

QUELQUES CHIFFRES

– 1, 3 millions : le nombre de kilomètres parcourus par le Paul Gauguin depuis qu’il est arrivé en Polynése; 
– 140 000  : le nombre de nuitées hôtelières; 
– 6 milliards : le chiffre d’affaires généré avec les petites structures polynésiennes dans les îles pour les activités terrestres chaque fois que le Paul Gauguin fait escale ;
– 264 000 : le nombre de billets d’avion aller/retour sur ATN. 

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les échéances de certains impôts pour 2020 reportées de...

Le Conseil des ministres a pris un arrêté instituant le report de deux mois des échéances de nombreux impôts pour l’année 2020, représentant près de 6,5 milliards de Fcfp.

Bébé évasané et décédé en Nouvelle-Zélande : le cri du...

C’est une urgence émotionnelle lancée sur les réseaux sociaux. La jeune mère du nourrisson décédé en Nouvelle-Zélande attend toujours de revenir au fenua avec le corps de son enfant. Le bébé avait été évacué le 7 mai à bord de l’A400M. Mais depuis son décès, il n’y a plus eu aucun vol entre Auckland et Papeete.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV