vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Le parquet financier de Paris s’intéresse à l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022

Publié le

Publié le 26/04/2017 à 13:17 - Mise à jour le 26/04/2017 à 13:17
Lecture 1 min.

Après la Suisse, les Etats-­Unis et la DSP à Papeete, c’est au tour du parquet financier de Paris de s’intéresser à l’attribution des coupes du monde 2018 et 2022 en Russie et au Qatar, entourée de forts soupçons de corruption.

Selon le journal « le Monde » les magistrats parisiens ont ouvert une enquête préliminaire en mars dernier pour « corruption privée », «association de malfaiteurs», « trafic d’influence et recel de trafic d’influence ».

Depuis 2015 les enquêteurs suisses ont relevé « 152 mouvements financiers suspects » au moment de l’attribution de ces compétitions. Douze des 22 membres du comité exécutif, qui ont participé au scrutin d’attribution du 2 décembre 2010, ont été soit suspendus, soit écartés, ou avertis par la FIFA.

Le parquet financier de Paris s’intéresse aux protagonistes français de cette affaire : Michel Platini, Jérôme Valcke et Reynald Temarii.  Le Tahitien, ex-membre du comité exécutif de la FIFA, purge actuellement une suspension de huit ans pour avoir accepté, en 2010, 305 000 euros du Qatari Mohamed Ben Hammam pour couvrir ses frais de procédure devant les instances disciplinaires de la FIFA.
Contacté par nos confrères de Radio1, l’actuel président du comité d’organisation des championnats du monde de va’a a  indiqué qu’il ne s’agissait pas, selon lui, d’une « nouvelle affaire » mais de la « suite » des investigations menées par la DSP en 2015. Il maintient aujourd’hui ne jamais avoir accepté l’argent du Qatari en contrepartie de son vote pour l’attribution d’un mondial de football.
 

Rédaction web

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu