lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Le nouveau président de l’AEPF Paris au fenua pour présenter ses projets

Publié le

Tematai Legayic, récemment élu président de l’AEPF (Association des étudiants de Polynésie française) Paris, est venu, vendredi, présenter ses projets à la Déléguée de la Polynésie française, Caroline Tang. Il était accompagné de plusieurs membres de son bureau. Ce programme d'activités en 2021 se déclinera selon quatre axes : culture, sport, réflexion (conférences et formation) et événementiels.

Publié le 11/12/2020 à 12:25 - Mise à jour le 11/12/2020 à 12:25
Lecture 2 minutes

Tematai Legayic, récemment élu président de l’AEPF (Association des étudiants de Polynésie française) Paris, est venu, vendredi, présenter ses projets à la Déléguée de la Polynésie française, Caroline Tang. Il était accompagné de plusieurs membres de son bureau. Ce programme d'activités en 2021 se déclinera selon quatre axes : culture, sport, réflexion (conférences et formation) et événementiels.

Venu en force, Tematai Legayic a, d’emblée, manifesté la volonté de renforcer les liens entre l’Association des Etudiants de la Polynésie française de Paris et la Délégation, représentation du gouvernement polynésien en métropole.

Dans un souci de transparence, il a décrit les diverses actions que mènera l’AEPF Paris en 2021. Autant d’initiatives, jusqu’en octobre prochain, qui seront peaufinées, ce samedi 12 décembre, lors de l’assemblée générale de l’association.

Outre une série d’événements, le bureau travaillera sur un document destiné à tout étudiant arrivant à Paris pour y suivre un cursus universitaire. Celui-ci y trouvera de nombreux conseils et contacts destinés à faciliter son installation loin du Fenua. Une démarche complémentaire de celle déjà entreprise par la Délégation à l’échelle nationale avec son Guide d’accueil de l’étudiant polynésien.

Tematai Legayic a, en outre, indiqué qu’il aimerait que l’AEPF étende son influence jusqu’à Tahiti. Il souhaite ainsi communiquer auprès des lycéens de 1ère afin que ceux qui envisagent d’étudier à Paris puissent s’y préparer au mieux un an à l’avance.

Une visioconférence avec tous les présidents d’AEPF

Pour sa part, Caroline Tang a rappelé que l’aide aux étudiants était une des missions de la Délégation. Un soutien qui s’est, notamment, matérialisé depuis son arrivée à la tête de la structure par la rénovation de foyers d’étudiants, des avancées pour l’obtention du numéro de la Sécurité sociale (NIR), une convention avec la banque Bred permettant l’ouverture d’un compte en ligne de Papeete ou encore des facilités pour obtenir la carte vitale.

La Déléguée a insisté sur le fait qu’elle était toujours joignable et disponible pour venir en aide aux étudiants qui en auraient besoin. Des situations auxquelles elle trouve la plupart du temps des solutions grâce au réseau qu’elle a su tisser, au cours des dernières années, comme, par exemple, avec Maël Disa, le Délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer et la visibilité des outre-mer.

Caroline Tang a annoncé qu’elle avait demandé à la présidente de la Fédération des AEPF qu’une visioconférence puisse être organisée, très rapidement, afin de connaître tous les nouveaux présidents d’AEPF en métropole et leurs aspirations pour les mois à venir. Et d’insister: « plus vous remontrez d’informations mieux ce sera ! ».

Cette réunion très cordiale s’est achevée par la remise à la Déléguée de dons (artisanat d’art et eau bénite de Lourdes), apportés par les étudiants, et destinés aux malades polynésiens suivis par la Délégation de la Polynésie à Paris.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.