mercredi 12 mai 2021
A VOIR

|

Le mobilier d’hôtel a attiré du monde à la 2e vente aux enchères de l’année

Publié le

La deuxième vente aux enchères de l’année a eu lieu ce samedi matin. Une vente volontaire et sur liquidation judiciaire de la société Tifaifai Créations. Mais ce qui a le plus attiré le public, c’est la vente de mobilier appartenant à un hôtel de Tahiti. Chaises longues, fauteuils de jardin ou encore véhicules ont été vendus au plus offrant. Plus de 140 lots étaient exposés.

Publié le 30/01/2021 à 16:33 - Mise à jour le 30/01/2021 à 16:34
Lecture 2 minutes

La deuxième vente aux enchères de l’année a eu lieu ce samedi matin. Une vente volontaire et sur liquidation judiciaire de la société Tifaifai Créations. Mais ce qui a le plus attiré le public, c’est la vente de mobilier appartenant à un hôtel de Tahiti. Chaises longues, fauteuils de jardin ou encore véhicules ont été vendus au plus offrant. Plus de 140 lots étaient exposés.

Une Dodge issue d’une saisie judiciaire a fait monter les enchères jusqu’à 1 550 000 Fcfp. Vendue au plus offrant, elle a tapé dans l’œil des acheteurs venus nombreux ce samedi matin. Pour cette deuxième vente de l’année, les lots sont variés… De la machine à coudre, en passant par des lustres en coquillages ou encore du mobilier appartenant à un hôtel de Tahiti.

« Les transats, les meubles extérieurs et les meubles d’intérieur aussi sont intéressants, confie Emmanuel, un acheteur potentiel. On sait que ce sont des meubles de qualité. Ça vient d’un hôtel, donc c’est pour ça qu’il y a du monde aussi. »

L’hôtel a décidé de renouveler son mobilier, ce qui a aussi attiré des professionnels du secteur. Comme Raita, propriétaire d’une pension de famille à Ahe, aux Tuamotu. « On est ici sur Papeete, donc c’était l’occasion pour nous de venir et visiter cette vente aux enchères, dit-elle. Moi c’est plutôt les rideaux de coquillages que j’aime bien et des chaises. J’ai vu qu’il y avait des chaises à vendre aussi. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Du mobilier qui suscite un engouement surtout en ces temps de crise économique. Les ventes aux enchères attirent toujours autant.

« Généralement, il s’agit de matériel de bonne qualité, donc les gens sont souvent très intéressés, explique Laura Chevallier, commissaire-priseur. On peut partir d’un lot qui commence à 1 000 Fcfp, un lot qui commence à 600 000 Fcfp, tout est aléatoire et dépend vraiment des personnes présentes. Les gens sont friands des bonnes affaires qu’on peut faire actuellement. »

Sur les 140 lots mis en vente, certains n’ont pas trouvé acquéreur. Comme des scooters qui repartiront à leur propriétaire.

infos coronavirus