samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Le ministre de l’Education accueille les nouveaux chefs d’établissement

Publié le

Publié le 05/08/2014 à 14:02 - Mise à jour le 05/08/2014 à 14:02
Lecture < 1 min.

Michel Leboucher accompagné de plusieurs membres de son cabinet, s’est rendu mardi 5 août à la toute nouvelle Direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE), à Pirae, pour accueillir les nouveaux chefs d’établissement et adjoints avant qu’ils ne rejoignent leur poste à Tahiti, aux îles Sous-le-Vent, aux Marquises et aux Tuamotu.
 
Il a d’abord rappelé les grands axes de sa politique éducative, en précisant qu’elle est définie par la Charte de l’éducation.
Une partie de la matinée a été consacrée à cette présentation. Le ministre a aussi attiré l’attention sur la prise en compte de l’isolement géographique, du plurilinguisme, sur la place importante des enseignements professionnels spécifiques tels les Cetad et les CJA, la prise en charge des élèves à besoins éducatifs particuliers, la formation continue, le sport scolaire, etc.
 
Le ministre a expliqué la nécessité d’avoir réuni les deux services du primaire et du secondaire en une seule direction placée sous l’autorité d’un seul directeur. Le continuum entre les enseignements en est maintenant facilité.
Il a aussi développé la nécessité de rapprocher l’école des familles pour réduire le décrochage scolaire et retarder les séparations douloureuses et pénalisantes entre des enfants de 10 à 12 ans et leurs parents. Il a confirmé sa volonté de poursuivre l’ouverture de God (Groupements d’observation dispersée), à l’instar de ce qui a été fait à Rikitea aux Gambier.
 
Michel Leboucher rencontre les nouveaux professeurs ce vendredi 8 août.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.