jeudi 19 mai 2022
A VOIR

|

Le “message d’espoir” du MFR de Vairao aux victimes de violences conjugales

Publié le

Casser le tabu des violences conjugales, tel est le souhait des élèves de la Maison familiale rurale de Vairao-Filles. Dans le cadre d'un partenariat avec deux autres établissements de métropole, le MFR a tourné aujourd'hui un clip vidéo pour lever le voile sur cette problématique encore d'actualité au fenua.

Publié le 19/02/2022 à 16:04 - Mise à jour le 19/02/2022 à 16:10
Lecture 2 minutes

Casser le tabu des violences conjugales, tel est le souhait des élèves de la Maison familiale rurale de Vairao-Filles. Dans le cadre d'un partenariat avec deux autres établissements de métropole, le MFR a tourné aujourd'hui un clip vidéo pour lever le voile sur cette problématique encore d'actualité au fenua.

C’est une première pour la Maison familiale rurale de Vairao-Filles (MFR). En partenariat avec deux autres MFR de métropole, l’établissement travaille sur un clip vidéo sur le thème général “femme libre, femme engagé”. La dizaine d’élèves de CAP deuxième année, qui concrétise le projet, a choisi pour thème spécifique les violences conjugales, une problématique récurrente en Polynésie française.

Comme une pièce de théâtre, le clip accompagné d’une chanson – elle aussi réalisée par les jeunes de la MFR – comprend 5 actes de 4 à 7 scènes chacun. A l’image, des histoires d’amours qui débutent comme des idylles avant de se terminer sous les coups de la violence, qu’elle soit physique ou verbale. Car si le sujet est d’actualité au fenua, il reste néanmoins tabu, explique Heeata Tepa, la monitrice de la MFR de Vairao, à la tête du projet. “Ce n’est pas un sujet dont on parle librement. Les violences, c’est quelque chose dont on a honte, dont on ne veut pas parler. Les élèves, les jeunes filles voulaient casser ce tabu-là, montrer aux femmes qui se font battre qu’il y a toujours de l’espoir. C’est un message d’espoir”.

C’est grâce à une subvention mais surtout à de nombreux dons que la MFR de Vairao peut réaliser son projet (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Marielle est une ancienne élève de la MFR de Vairao. Dans le clip, elle joue le rôle d’une jeune femme violentée. Ce projet, pour elle, c’est l’occasion de “montrer que même si on est violenté, même si la victime se sent seule, il faut en parler, il faut en discuter. […] J’espère vraiment qu’avec ce projet, ça va changer notre vision des choses, ici, en Polynésie”.

Le clip vidéo est réalisé par Heiano Alezrah d’EM production. Un tournage “assez particulier”, “car c’est un sujet délicat”, confie le professionnel. “Pour ce type de scène, je m’inspire, je regarde beaucoup de films, de séries qui parlent à peu près du même sujet et j’essaie d’adapter localement”.

Une fois montée, la capsule vidéo sera envoyée en métropole afin d’être couplée à celles des deux autres MFR partenaires. A Tahiti, Heeata souhaite utiliser le clip comme support de prévention et le diffuser sur les réseaux sociaux et dans les médias locaux.

infos coronavirus