samedi 6 mars 2021
A VOIR

|

Le maire de Makemo porte plainte contre son fournisseur d’électricité

Publié le

Publié le 27/08/2017 à 14:13 - Mise à jour le 27/08/2017 à 14:13
Lecture 2 minutes

Le 16 août dernier, Makemo s’est retrouvé dans le noir pendant deux jours. À l’origine de la panne un problème de câble souterrain reliant le groupe situé à bonne distance des habitations. Pour parer au plus vite, Te Mau Ito Api, la société d’économie mixte qui fournit l’île en électricité, a décidé de déplacer un générateur dans le village, en face de l’église catholique et au milieu des habitations. « Cela pose un grave problème de sécurité, explique le maire de Makemo. Il y a une simple bâche qui recouvre le groupe et des milliers de litres de carburants à côté ». Pire, la fumée noire dégagée par le générateur, notamment au démarrage, gêne le voisinage et pollue l’atmosphère. « Les habitants sont venus se plaindre du bruit et de ces fumées qu’ils respirent, raconte Félix Tokoragi. J’ai alerté les responsables de Te Mau Ito Api qui m’ont expliqué qu’il fallait trouver 1,3 million de Fcfp pour pouvoir faire venir un technicien qui répare le câble et qu’ils n’avaient pas ce financement. «  La situation financière de la SEM est en effet très précaire et en attente d’une décision du tribunal de commerce.

Mais, selon le maire, la convention d’affermage qui lie la commune avec la SEM est très claire et prévoit que la maintenance est à la charge de la SEM. « J’ai écrit au Pays (qui détient 60% de la SEM, l’autre actionnaire étant la Sedep, NDLR) et au haut-commissaire, mais personne ne m’a répondu. »
C’est pourquoi le maire a décidé de déposer une plainte (que nous nous sommes procurée) auprès du procureur contre la SEM « pour danger imminent envers la sécurité sanitaire et physique de ma population ».

Demain, mardi, le aire a décidé de réunir la population. « Si rien n’est fait, en tant que garant de la santé de ma population, je suis prêt à demander l’arrêt du groupe. »

 

Bertrand Parent

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu