lundi 1 mars 2021
A VOIR

|

Le LP de Mahina récolte le fruit de son fa’a’apu pour nourrir ses internes

Publié le

Publié le 06/02/2019 à 11:06 - Mise à jour le 06/02/2019 à 11:06
Lecture 2 minutes

Faire des choix éclairés et adopter de meilleures pratiques alimentaires. C’est l’un des points clés du projet E A Mahina !, mené par le lycée professionnel de la commune, dans le but de faire évoluer les comportements de ses 220 élèves internes.
 
Pour cela, l’établissement a noué plusieurs partenariats, dont un avec le lycée agricole de Moorea. Depuis la rentrée de septembre, une vingtaine d’élèves et leur professeur en agronomie font la navette une fois par semaine entre Tahiti et Moorea pour s’occuper d’un fa’a’apu installé à l’intérieur de l’enceinte. Un projet pour lequel tous sont « partis de zéro », confie le professeur du lycée agricole, Xavier Lopez.  
 
« Le terrain était totalement vierge et stérile, parce qu’on avait de la terre rapportée, argileuse et tassée à la drague, poursuit-il. On pouvait creuser, il n’y avait pas un seul ver de terre, pas un seul insecte, il n’y avait rien du tout, même pas une seule racine… »
 

Il aura donc fallu aérer la terre avec du compost et y apporter des éléments végétaux. Les élèves du LP de Mahina se sont chargés d’installer le réseau hydraulique afin de pouvoir irriguer plus facilement le potager.
 
Puis papayes, pota, citronnelle, basilic et patates douces ont été plantés et cultivées de façon bio, sans ajout de pesticides, par les mains vertes de Opunohu. Pour ces élèves, ce projet a été l’occasion de mettre en pratique la théorie, et surtout de récolter, mercredi, le fruit de leur labeur : des patates douces.
 
« Et le résultat est probant, se réjouit Xavier Lopez, parce qu’on a récolté en moyenne 3 kg de patates douces par mètre carré, ce qui est un très bon rendement pour de la patate douce en Polynésie. »
 
Ce jeudi soir, les produits récoltés se retrouveront dans l’assiette des internes du LP de Mahina.
 

Rédaction web avec Oriano Tefau et Brandy Tevero

infos coronavirus