vendredi 4 décembre 2020
A VOIR

|

Le kaveu, crabe géant très apprécié aux Tuamotu

Publié le

Le crabe de cocotier ou kaveu est un mets local très apprécié. On le trouve dans la majorité des îles aux Tuamotu et à Makatea. Vendu à prix fort à Tahiti, il constitue un revenu considérable pour les jeunes des îles qui le traquent surtout la nuit.

Publié le 13/02/2020 à 10:00 - Mise à jour le 13/02/2020 à 9:23
Lecture 2 minutes

Le crabe de cocotier ou kaveu est un mets local très apprécié. On le trouve dans la majorité des îles aux Tuamotu et à Makatea. Vendu à prix fort à Tahiti, il constitue un revenu considérable pour les jeunes des îles qui le traquent surtout la nuit.

On trouve le kaveu dans la cocoteraie le soir, là où les chasseurs ont déposé des appâts appelés « tupoa », qui sont principalement des noix de coco fondues. Il y a une vingtaine d’années, on trouvait ce crabe dans pratiquement toutes les îles des Tuamotu. Aujourd’hui, il semble avoir disparu dans certains atolls.

Lire aussi : À Faaite, la chasse aux crabes des cocotiers

Mais beaucoup de chasseurs de kaveu ont pris conscience de l’état d’urgence de la situation, surtout dans les îles où il ne sort que rarement de sa tanière. Pour l’attraper, il faut souvent s’armer de courage et mettre le bras entier dans sa tanière pour pouvoir l’extraire. Car chercher ce plus grand crabe terrestre au monde n’est pas sans risque : ses pinces sont très puissantes et peuvent sectionner un doigt.

Comme pour toutes les espèces emblématiques de Polynésie, le kaveu est un animal qui fait la diversité et la beauté de nos îles. Il convient donc de préserver son habitat naturel et de lui laisser le temps de se régénérer avant de le chasser pour le manger.

infos coronavirus

Covid-19 : le service de réanimation du CHPF soutenu par la réserve sanitaire

Depuis le début de la crise, des réservistes sanitaires de métropole effectuent des missions pour renforcer et soulager les équipes de soignants. 12 d’entre eux, spécialisés en réanimation sont arrivés sur le territoire jeudi dernier. Ils travaillent 24 heures sur 24 heure aux côtés des équipes du CHPF. Une mission sur la base du volontariat.