vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

« Le harcèlement n’est pas une raison valable pour que des personnes ne puissent pas prendre leur envol »

Publié le

Publié le 15/03/2018 à 14:11 - Mise à jour le 15/03/2018 à 14:11
Lecture 2 minutes

#StopAuHarcèlement. C’est par ce mot dièse utilisé sur les réseaux sociaux, des discussions et des débats qu’une partie des élèves du lycée Paul Gauguin a tenté d’éveiller les consciences face au problème de harcèlement à l’école.

Une semaine organisée par le conseil de vie lycéenne (CVL) et des professeurs. Un seul message : en parler.

En Polynésie comme ailleurs, le harcèlement touche les élèves. Un enfant sur 10 a déjà subi des menaces ou des pressions de la part de ses camarades de classe. Clément Rigottard, élève de terminale S et président du CVL indique :

« Le harcèlement c’est quelque chose qui est tellement compliqué à cerner qu’on ne peut pas savoir s’il est dans notre lycée ou pas. Malheureusement, nous avons eu des cas d’élèves qui ont fait des tentatives de suicide. A chaque fois, ça attriste la communauté éducative et étudiante. »

Face à ce constat, impossible pour les élèves de rester les bras croisés. Outre cette semaine d’action, ils ont réalisé un court-métrage. Le lycéen continue :

« A 15, 16, 17 ans, on n’a pas commencé la vie. Ce n’est pas un moment pour tout arrêter. Le harcèlement n’est pas une raison valable pour que des personnes ne puissent pas prendre leur envol. »

 Les lycéens espèrent que leur message est passé. Ils souhaitent que les élèves, les parents et les professeurs restent à l’écoute des uns et des autres pour éviter les drames.

« Notre but est que chacun puisse agir à son échelle en aidant des proches et en aidant des camarades de classe. Cette action ne s’arrête pas à cette semaine. Le harcèlement ne va pas s’arrêter cette semaine, il ne faut pas se faire d’illusion… »
 

Rédaction web avec Naea Bennett 

Clément Rigottard, élève de terminale S et président du CVL

PRATIQUE

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du vice-rectorat de Polynésie française.

· le nouveau numéro vert national d’aide aux victimes : 3020
· le numéro d’aide aux victimes de cyber-harcèlement : 0800 200 000

 

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu