A VOIR

|

Le générateur virtuel Putu Uira officiellement inauguré

Publié le

C‘est un premier pas vers les énergies renouvelables. Ce matin, le générateur virtuel Putu Uira a été inauguré dans la vallée de la Punaruu. Une cérémonie en présence de la direction d’EDT - Engie ainsi que des maires de Taraiapu et de Punaauia. Un projet qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie de décarbonisation énergétique de la Polynésie.

Publié le 06/01/2023 à 16:42 - Mise à jour le 07/01/2023 à 9:35
Lecture 3 minutes

C‘est un premier pas vers les énergies renouvelables. Ce matin, le générateur virtuel Putu Uira a été inauguré dans la vallée de la Punaruu. Une cérémonie en présence de la direction d’EDT - Engie ainsi que des maires de Taraiapu et de Punaauia. Un projet qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie de décarbonisation énergétique de la Polynésie.


Assurer la sécurité du réseau électrique en cas de déclenchement d’un groupe thermique, de perte de producteur hydroélectrique ou solaire, ou encore d’une partie du réseau de transport : c’est le rôle du tout nouveau générateur Putu Uira. Avec une puissance de 15 mégawatts, il est aussi puissant qu’un groupe thermique de la Punaruu. 

Putu Uira va permettre de :

  • favoriser l’hydroélectricité la nuit (4 GWh de +/an) ;
  • favoriser le photovoltaïque en journée le week-end :
  • fournir 15 MW de réserve tournante pendant 20 minutes 24h/24h et donc d’arrêter un groupe Punaruu à l’année..

Lire aussi > 14 heures d’énergies renouvelables dimanche grâce à Putu Uira

Après une première phase d’essais démarrée en août dernier, et une seconde en septembre, qui a été une réussite, Putu Uira a officiellement été inauguré ce vendredi 6 janvier.

Putu Uira est un projet international qui implique la compagnie française EDT, Kokam qui est coréenne et Simens qui est chinoise. “On a dû travailler avec le décalage horaire et avec plusieurs langages, ce n’était pas simple. Il fallait répondre à beaucoup d’exigences, mais grâce à la coordination des équipes, on a réussi à livrer un système de stockage d’énergie sûr à Tahiti” explique Brandon Yi, representant de la société Kokam.

Le générateur jouera un rôle essentiel au sein du réseau électrique. Il viendra le sécuriser, mais pas seulement : “Un réseau, c’est une balance. D’un côté, vous avez les clients, quand vous allumez une lumière chez vous, vous mettez du poids sur la balance, et de l’autre côté, on a les moyens de production et cette balance doit toujours être équilibrée. Avant, on était obligé d’avoir sur le plateau de la balance production, toujours au minimum deux groupes thermiques. Et aujourd’hui, on est capable d’en arrêter un parce que Putu Uira est là, il est sur le plateau mais le plateau ne prend pas de poids” indique Patrick Desfour, chef de projet et chef de service transition énergétique chez EDT ENGIE.

Depuis sa mise en service, Putu Uira a permis de réduire la part d’énergie thermique de la centrale. Selon les estimations, l’arrêt d’un groupe thermique permettrait d’économiser 4 000 tonnes de fuel chaque année.

Le générateur aura coûté 1,75 milliard de Fcfp à EDT. Un second projet de ce type est actuellement en cours d’élaboration sur Bora Bora.