vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Le Fare Manihini n’est plus

Publié le

Publié le 19/01/2018 à 11:33 - Mise à jour le 19/01/2018 à 11:33
Lecture 2 minutes

Un nouveau terminal croisière flambant neuf, devrait voir le jour sur ce site ou le Fare Manihini abritait encore il y a peu le G. I. E. Tahiti Tourisme. Un réaménagement indispensable pour que la Polynésie puisse accueillir d’ici 2020, les croisiéristes dans des conditions de sécurité et de confort nécessaires à pour un terminal de croisière moderne. Ainsi, le terminal devrait pouvoir accueillir des paquebots d’environ 2000 passagers. Une passerelle devrait leur permettre d’accéder directement au centre ville de Papeete. 

Ce nouveau terminal pourrait aussi permettre de positionner la Polynésie comme un hub de croisière en complément de Fidji, Hawaii et la Nouvelle-Zélande.

Rappelons que 193 374 personnes ont visité la Polynésie française entre janvier et septembre 2017 soit une hausse de 4,6 % par rapport à l’année précédente. Les touristes en hébergement flottant, les croisiéristes et excursionnistes donc, représentent 16,4% de ces visiteurs. Une manne non négligeable car ils engendrent 20% des recettes touristiques locales, soit 12,5 milliards de francs pacifique par an.

Ces travaux de démolition coûtent près de 23 854 300 francs pacifiques au port autonome et la construction du terminal qui débutera en juillet 2018, devrait coûter 1,1 milliards. 

La direction du port autonome souhaiterait que ce terminal soit un véritable lieu de convivialité, avec des aménagements écologiques: des capteurs solaires fourniront l’énergie électrique, l’intérieur sera complètement végétalisé afin de rafraîchir naturellement les lieux.

Les travaux d’aménagement devraient durer 2 ans avec une mise en service prévue en juin 2020. En attendant plus d’une trentaine de paquebot viendra accoster à Papeete cette année. 

Rédaction web avec Hitiura Mervin

 

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu