fbpx
lundi 27 janvier 2020
A VOIR

|

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

Publié le

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Le décès récent d’un nourrisson aux Marquises a suscité de nombreuses interrogations sur la prise en charge en cas d’urgence. Comment une évacuation sanitaire est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine :

Publié le 17/10/2019 à 10:10 - Mise à jour le 06/01/2020 à 15:14
Lecture 3 minutes

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Le décès récent d’un nourrisson aux Marquises a suscité de nombreuses interrogations sur la prise en charge en cas d’urgence. Comment une évacuation sanitaire est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine :

Une évacuation sanitaire, c’est la prise en charge d’un patient de son île de résidence vers le lieu de soins le plus proche, lorsque les infrastructures médicales ou les moyens adaptés manquent sur place.

On compte environ 35 000 Evasan inter-îles en 2018. 86% d’entre-elles ont été effectuées vers Tahiti, bien que les missions de consultations avancées aient favorisé le dépistage et la prise en charge précoce de patients.

Il existe deux cas : les évacuations sanitaires programmées et les évacuations sanitaires urgentes. Dans le premier cas, le patient se déplace généralement sur rendez-vous établi par son médecin traitant pour effectuer un acte ou un examen non réalisable sur son île de résidence.

Le second cas, c’est l’urgence. L’Evasan est déclenchée par le médecin de l’île ou le SMUR. Une course contre la montre est alors lancée. Elle impose des prises de décisions rapides selon les moyens disponibles. Certaines îles n’ont qu’une infirmerie. Les urgences représentent 10% des évacuations sanitaires.

Dans cette chaîne de secours, c’est le SAMU qui décide en premier lieu du transfert du patient. Il se tourne d’abord vers les moyens civils.

En Polynésie, la compagnie Air Archipels dispose d’avions médicalisés, les Beach Craft. Elle est en astreinte H24 car ces vols sont imprévisibles. Autre moyen aérien, l’hélicoptère de Tahiti Nui Helicopters, mais son champ d’action est limité. Enfin, la voie maritime est également étudiée selon les cas.

Dans l’urgence, de nombreux paramètres sont à prendre en compte pour optimiser les délais d’intervention, d’autant plus sur un territoire aussi vaste que l’Europe. Certains atolls des Tuamotu ou des îles comme Rapa aux Australes sont dépourvus d’aérodrome. Et lorsqu’une piste existe, là aussi les secours peuvent être confrontés à des contraintes de navigation notamment de nuit.

Et parfois, des pistes sont accessibles uniquement avec un seul type d’avion. Cest le cas aux Marquises, à Ua Pou et Ua Huka : seul un appareil de type Twin Otter peut s’y poser et seulement de jour. Impossible donc d’y envoyer un avion médicalisé.

D’autres moyens aériens peuvent être demandés si les moyens civils ne peuvent pas être déployés. Il s’agit de la flotte des forces armées, dotée de deux avions CASA, deux Gardian et deux hélicoptères Dauphin. Depuis le début de l’année, 72 interventions d’urgence ont nécessité les moyens militaires.

Dans ce schéma de prise en charge particulier, le coût des Evasan est important. Les urgences représentent 40% du montant global, notamment en frais de transport.

En 2018, les Evasan programmées ont coûté 1,285 milliard de Fcfp pour 32 000 Evasan. Les urgences et semi urgences ont coûté 646 millions de Fcfp pour 3 400 Evasan.

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Le paiement sans contact bientôt généralisé en Polynésie

Jusqu’à aujourd’hui, seule la Banque de Tahiti avait équipé son parc du système de paiement sans contact. D’ici la fin de l’année, l’ensemble des Polynésiens y auront accès. Les techniciens de l’OSB font le tour des commerçants pour installer cette nouvelle fonction. Une opération de grande ampleur puisque le reste du parc compte près de 2 700 terminaux de paiement électronique.

L’inlassable hausse des cotisations sociales

Les nouvelles hausses des cotisations sociales sont effectives depuis le 1er janvier. Adoptées en conseil des ministres le 13 décembre, elles visent la tranche A de la retraite et l’assurance maladie. Des augmentations "nécessaires", juge le gouvernement, malgré les réticences des partenaires sociaux.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Heimiti Teng, déterminée, se prépare pour Miss Chinese international

Elle est belle, intelligente et championne de taekwondo, Heimiti Teng, 50e Miss Dragon, représentera la Polynésie le 15 février à l’élection de Miss Chinese International. Elle sera accompagnée par son frère, champion de taekwondo, mannequin et Youtubeur, Teddy Teng.

Miss Tahiti : le casting 2020 est lancé

Comme chaque année, Miss Tahiti lance des inscriptions en ligne avant un casting "en vrai" pour recruter les prochaines candidates au concours...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X