mercredi 1 avril 2020
A VOIR

|

Le dirigeant d’un groupe de raffinage d’huiles, Dominique Daudruy, devient chevalier de Tahiti Nui

Publié le

Dominique Daudry a reçu une médaille pour son engagement au maintien de la production d'huile de coprah en Polynésie. Son entreprise rachète depuis 10 ans régulièrement l'intégralité de la production de l'Huilerie de Tahiti

Publié le 17/02/2020 à 14:46 - Mise à jour le 17/02/2020 à 14:55
Lecture < 1 min.

Dominique Daudry a reçu une médaille pour son engagement au maintien de la production d'huile de coprah en Polynésie. Son entreprise rachète depuis 10 ans régulièrement l'intégralité de la production de l'Huilerie de Tahiti

Dominique Daudruy est le président de Nord-Ester, un groupe de raffinage d’huiles basé à Dunkerque.

Depuis 30 ans, il est un acheteur régulier de la production d’huile brute de coco de l’huilerie de Tahiti. Et depuis 10 ans, son entreprise Nord-Ester achète même l’intégralité de la production de l’huilerie. « Vous avez, pour cela, accepté des livraisons de lots par conteneurs citernes de 20 tonnes, et ce suite à l’arrêt des compagnies maritimes qui embarquaient ces huiles par lots de 500 à 1000 tonnes en vrac », souligne le président Edouard Fritch dans son discours.

« Votre politique a toujours été de défendre et de promouvoir les huiles en provenance de Polynésie française. Avec la production de l’Huilerie de Tahiti, vous réalisez un chiffre d’affaires annuel entre 700 millions Fcfp et 1 milliard Fcfp par an, ce qui donne une idée de l’importance de votre activité. » L’entreprise a pour client les plus grandes entreprises de cosmétiques.

Pour sa contribution au maintien autour de l’activité de production d’huile en Polynésie, Dominique Daudry a été fait par le président Edouard Fritch Chevalier de l’ordre de Tahiti nui.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le collectif budgétaire spécial Covid-19 approuvé à l’unanimité

Le collectif budgétaire spécial Covid-19 a été approuvé à l’unanimité par les membres de la commission de l’économie, des finances, du budget et de la fonction publique, à l’Assemblée de la Polynésie française. Il sera examiné en session plénière de l’Assemblée ce jeudi 26 mars.

Confinement : le secteur de la pêche au bord...

Depuis le début du confinement, un secteur d’activité du fenua se dirige inexorablement vers une crise sans précédent : il s’agit de la pêche hauturière. En effet, avec la fermeture de l’espace aérien, il n’est plus possible d’exporter, et avec le confinement, les prix ont chuté. Nous étions ce matin au port de pêche de Papeete pour suivre le déchargement du thonier le Vaianapa.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV