samedi 22 janvier 2022
A VOIR

|

Le détailing, ou la cosmétique automobile

Publié le

Connaissez-vous le detailing ? C'est l’art de sublimer un véhicule. En Polynésie, la pratique est de plus en plus répandue. Une toute jeune entreprise a vu le jour il y a un an dans la vallée de Tipaerui. Mounaïm, le gérant, a depuis pu créer deux emplois. Deux collaborateurs qui aujourd’hui s’apprêtent à partir décrocher leur diplôme en Métropole.

Publié le 20/12/2021 à 16:17 - Mise à jour le 21/12/2021 à 9:48
Lecture 2 minutes

Connaissez-vous le detailing ? C'est l’art de sublimer un véhicule. En Polynésie, la pratique est de plus en plus répandue. Une toute jeune entreprise a vu le jour il y a un an dans la vallée de Tipaerui. Mounaïm, le gérant, a depuis pu créer deux emplois. Deux collaborateurs qui aujourd’hui s’apprêtent à partir décrocher leur diplôme en Métropole.

Pré-lavage, lavage, décontamination, correction et protection nano-céramique. 5 étapes pour sublimer un véhicule dans le moindre détail. C’est le détailing, ou la cosmétique automobile. Mounaïm Toumi est gérant d’une société spécialisée : “Tout est dit dans le mot : c’est le souci du détail. On va essayer d’extraire le maximum du potentiel de la voiture pour la rendre vraiment la plus belle possible en respectant des étapes chronologiques avec des produits spécifiques. Donc il y a un vrai savoir-faire. On n’a pas le droit à l’erreur. Il y a une précision dans nos méthodes, dans nos gestes.”

Crédit : Tahiti Nui Télévision

Le souci du détail, le goût de l’excellence… Un métier de passion qui a attiré Jean et Taaroa. Embauchés en CAE, ils ont été formés par le gérant. Mais ce dernier souhaite aller encore plus loin et leur permettre de décrocher un diplôme : “Notre objectif c’est de partir, passer des diplômes, explique Jean. Ce n’est pas trop mon truc de partir en métropole mais si c’est pour quelque chose d’important, je veux bien.”

“Ça m’a plu de voir son travail : esthétique automobile. Je suis très content. C’est un métier qu’on ne trouve pas partout et je suis content d’aller faire une formation en France pour revenir ici à Tahiti travailler.” ajoute Taaora.

Départ prévu en janvier pour Taaora et Jean. Ils reviendront leurs diplômes en poche pour poursuivre leur métier de détailer. Un métier né dans le souci de restaurer les voitures de collections. Comptez entre 12 000 et jusqu’à 200 000 Fcfp la prestation selon vos besoins et surtout votre budget ! Le bénéfice, selon le coût d’une prestation, peut durer jusqu’à 5 ans.

infos coronavirus