fbpx
dimanche 23 février 2020
A VOIR

|

Le délégué interministériel aux risques majeurs satisfait de sa visite en Polynésie

Publié le

En mission en Polynésie française du 18 au 25 janvier, le délégué interministériel aux risques majeurs outre-mer, Frédéric Mortier, est allé à la rencontre des élus communaux avec pour objectif d’augmenter la résilience des territoires outre-mer, en intégrant les risques de catastrophes naturelles très en amont pour une meilleure prévention et une meilleure cohésion en situation de crise.

Publié le 25/01/2020 à 11:43 - Mise à jour le 25/01/2020 à 11:43
Lecture 2 minutes

En mission en Polynésie française du 18 au 25 janvier, le délégué interministériel aux risques majeurs outre-mer, Frédéric Mortier, est allé à la rencontre des élus communaux avec pour objectif d’augmenter la résilience des territoires outre-mer, en intégrant les risques de catastrophes naturelles très en amont pour une meilleure prévention et une meilleure cohésion en situation de crise.

Votre délégation a été créée en mai dernier suite au passage de l’ouragan Irma. La Polynésie aussi a été touchée par des catastrophes naturelles comme Oli, cyclone de catégorie 4 qui a fait d’énormes dégâts en 2010. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ?
“Au niveau des territoires d’outre-mer, il se passe beaucoup de choses, des retours d’expérience. Encore là j’ai pu constater que tous les acteurs travaillent bien ensemble. C’est une décision du président de la République et du gouvernement de dynamiser les actions dans le domaine de la prévention et de la gestion des risques. Notamment le président de la République a annoncé à l’issue de tout le processus des assises de toute l’outre-mer un projet de loi sur les risques majeurs outre-mer. Et ce projet de loi a pour vocation d’entraîner tout le reste. Il y a des mesures qui relèvent de la loi, des décrets qui sont nécessaires, mais aussi il y a des plans d’action, des actions concrètes au niveau des territoires à mener, en partenariat avec l’ensemble des acteurs concernés. Donc l’objectif est bien de vouloir dynamiser cet ensemble-là.”

Votre objectif est aussi de préserver les vies humaines, la Polynésie est-elle sur le bon chemin ?
“Il y a deux enjeux majeurs en matière de prévention et de gestion des risques. C’est bien sûr préserver les vies humaines, mais c’est aussi de préserver les territoires eux-mêmes, les intérêts de ces territoires, les infrastructures, les activités économiques, leur attractivité pour les investisseurs, pour les entrepreneurs, les assureurs. On l’a bien vu d’ailleurs après Irma pour Saint-Barth et Saint-Martin.”

Quel constat avez-vous pu faire par rapport à la Polynésie, depuis votre arrivée ?
“Cette volonté et cette action très concrète de travail des acteurs tous ensemble. Et c’est essentiel en matière de prévention des risques. Si on veut aller plus vite et plus loin, il faut travailler tous ensemble. Je vois qu’il y a un contact, un travail, des co-constructions entre le Pays et l’Etat. Mais aussi j’ai pu rencontrer des associations. Et le travail avec les communes qui connaissent vraiment les enjeux de leur territoire, leur situation, les populations. Ce travail communes / Pays / Etat, avec l’ensemble des partenaires, y compris les opérateurs de réseau par exemple, est absolument important. Et ce travail est très vivant et actif ici, en Polynésie.”

Vous avez visité la commune de Mahina et avez découvert le programme mis en place en cas de tsunami. Vous pensez qu’elle est prête ?
“Ce que j’ai vu, c’est vraiment remarquable. Un travail d’information et de sensibilisation de la population, jusqu’aux plus jeunes dans les écoles. Un travail d’identification où les risques pourraient avoir lieu. Une identification très claire des endroits où se rendre en cas d’événement climatique de submersion par exemple. Les balisages de signalisation de cheminement et puis les exercices qui sont réalisés. Et là on m’a même dit que lors du dernier exercice, les grands du collège ont attendu les petits de l’école pour les porter sur leur dos, ça veut dire que là on a gagné. Moi j’ai vu un tavana et une équipe très engagés avec l’ensemble des partenaires et j’espère que ce qui se passe à Mahina fera tache d’huile à l’échelle de la Polynésie.”

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X