samedi 26 septembre 2020
A VOIR

|

Le confinement s’applique jusqu’à l’intérieur des murs des prisons du fenua

Publié le

Le centre de détention de Tatutu n’échappe pas aux mesures de confinement que nous connaissons tous sur Tahiti et Moorea. Comme nous, les personnes détenues ont dû renoncer à un certain nombre d’activités et surtout, aux visites de leurs familles. Des précautions nécessaires : 600 personnes y vivent au quotidien, et l’introduction du Covid-19 au sein de l’établissement pourrait faire des ravages.

Publié le 23/04/2020 à 19:37 - Mise à jour le 24/04/2020 à 8:37
Lecture 2 minutes

Le centre de détention de Tatutu n’échappe pas aux mesures de confinement que nous connaissons tous sur Tahiti et Moorea. Comme nous, les personnes détenues ont dû renoncer à un certain nombre d’activités et surtout, aux visites de leurs familles. Des précautions nécessaires : 600 personnes y vivent au quotidien, et l’introduction du Covid-19 au sein de l’établissement pourrait faire des ravages.

Le confinement : une notion que les personnes détenues à la prison de Papeari, connaissent bien… Déjà privées de liberté, elles subissent, depuis un peu plus d’un mois, un confinement renforcé.

Plus de regroupements, de cours, d’activités, ni d’office religieux et de visites : les contacts sont limités au strict minimum.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Les détenus peuvent sortir à l’air libre, mais c’est vrai que nous sommes obligés de fractionner les mouvements pour éviter d’avoir un trop grand nombre de personnes présentes simultanément », indique Daniel Willemot, le directeur de l’établissement. « On applique les mesures barrières. Les pensionnaires peuvent également participer à des activités sportives, là aussi, en limitant les participants. Le maintien des liens familiaux a été rendu possible par une utilisation accrue du téléphone, pour que malgré tout, le contact reste une réalité avec les familles. On a fait un effort sur l’alimentation pour que cette période n’engendre pas que des frustrations ».

Lire aussi > Covid-19 : quelles mesures pour les établissements pénitentiaires ?

Près de 400 personnes sont détenues à Tatutu, et 200 autres y travaillent. Le covid-19, s’il entrait, pourrait se propager très vite. Une zone de confinement a été rapidement aménagée.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« On a prévu un quartier dans lequel les gens suspectés ou malades pourraient être détenus pour être mis à l’écart, et en même temps pour leur appliquer un protocole de prise en charge sanitaire important. Ce quartier a été utilisé. Fort heureusement nous n’avons pas eu de malades. Mais nous avons eu quelques alertes. Par moment, nous avons eu jusqu’à 9 détenus présents simultanément dans ce quartier de confinement. En fait, ils ont à chaque fois été sortis de ce quartier sur avis médical. Certains sont restés quatorze jours, d’autres ont pu sortir avant. On a eu un transfert venant de Nuutania, juste avant le début du confinement général, et ça s’est traduit par une période de quatorzaine pour les arrivants. On a eu également un retour de permission de sortie qui a eu une quatorzaine en rentrant dans l’établissement. On a vraiment pris toutes les mesures pour que le virus ne rentre pas dans l’établissement ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La direction prépare la fin du confinement et le retour des familles et activités. Des mesures de précaution renforcées seront appliquées.  

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

« Māmā Fenua : Jardin d’Eden », la nouvelle exposition de...

L'artiste Tvaite expose du mardi 22 au samedi 26 septembre dans la salle Muriāvai de la Maison de la Culture. Une exposition intitulée "Māmā Fenua : Jardin d'Eden" et riche en couleurs.

Détournement de fonds à Moorea : 4 ans de...

90 millions de Fcfp de fonds publics : c’est l’estimation du détournement qu’aurait mis en place Mickael Vanaa, entre 2013 à 2016,...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV