lundi 30 novembre 2020
A VOIR

|

Le collectif Ohana de nouveau mobilisé pour les enfants

Publié le

Publié le 09/12/2016 à 16:03 - Mise à jour le 09/12/2016 à 16:03
Lecture < 1 min.

Chaque année, ils sont nombreux  à ne rien trouver au pied du sapin. Pour permettre aux enfants défavorisés de ne pas se sentir exclus, l’association Ohana met les bouchées doubles chaque année. Ce samedi, la journée a débuté par une collecte organisée au centre Vaima, lieu très fréquenté, donc idéal.

Puis les bénévoles se sont rendus au centre Te Aho Nui de Pirae, qui héberge une vingtaine d’enfants âgés de 3 à 12 ans, pour leur remettre leurs cadeaux. Pour eux, Noël a commencé aujourd’hui.

« Il y a, hélas, des enfants dans notre fenua qui n’ont pas la même chance que d’autres (…) mais ce ne sont pas des enfants oubliés, au contraire. On essaye de les reconstruire », explique Natalia Germain, à la tête du collectif.  

Les dons sont encore possibles la semaine prochaine. Le « grand tri » se fera le 17 décembre à l’école To’ata à partir de 7h30. Pour contacter le collectif Ohana, composez le 87 72 28 58.

Natalia Germain rappelle que tout au long de l’année diverses associations sont à la recherche de dons et de bénévoles et que les particuliers peuvent également contacter directement les foyers qui hébergent des enfants pour proposer leur aide.
 

J-B. C.

infos coronavirus

Malgré la Covid, forte affluence au marché de Papeete le dimanche

Alors que les bars, discothèques et salles de sport sont fermés et les animations commerciales en plein air interdites, le marché de Papeete, lui, était encore bondé ce dimanche. La direction a renforcé son dispositif afin de lutter contre la propagation du coronavirus, mais il reste difficile de faire respecter la distanciation sociale en raison de l'affluence...

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :