mardi 31 mars 2020
A VOIR

|

Le co-working, une tendance qui se développe au fenua

Publié le

Plusieurs espaces de travail ont ouvert leurs portes depuis quelques années au fenua. Le principe est simple : il s’agit de travailler dans des espaces collectifs, ce qui permet le partage et l’échange. Au centre-ville, un nouvel espace de co-working a ouvert avec une vue imprenable sur le port de Papeete.

Publié le 26/02/2020 à 15:17 - Mise à jour le 26/02/2020 à 15:35
Lecture 2 minutes

Plusieurs espaces de travail ont ouvert leurs portes depuis quelques années au fenua. Le principe est simple : il s’agit de travailler dans des espaces collectifs, ce qui permet le partage et l’échange. Au centre-ville, un nouvel espace de co-working a ouvert avec une vue imprenable sur le port de Papeete.

Le co-working est un concept qui se développe de plus en plus dans le monde, surtout dans les pays anglo-saxons ainsi qu’en métropole, mais aussi à Tahiti. « C’est comme de la colocation, mais pour des bureaux. C’est-à-dire qu’on a son endroit à soi pour travailler, mais qu’on partage des services et des espaces communs. (…) Le but, c’est que les gens qui travaillent seuls à la maison aient la possibilité de trouver un endroit où ils peuvent rencontrer des personnes qui sont dans la même dynamique qu’eux et faciliter leur réseau, trouver de nouveaux partenaires etc. » explique Mathieu Pommel, gérant de la société Work’in Tahiti. « Ce sont des nouvelles façons de travailler où on est à la fois seul dans son projet, tout en ayant la possibilité de partager son expérience avec d’autres » ajoute-t-il.

Cet espace qui se veut convivial est ouvert 24 heures sur 24, et 7 jours sur 7 : « Cela permet aux co-workers qui ont des clients à l’international de pouvoir les contacter » précise le gérant. Il est possible de choisir un abonnement au mois, à la semaine ou à la journée pour bénéficier de l’espace et de tous ses services associés.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Au total, les co-workers disposent de 90 mètres carrés avec en bonus une vue sur le port de Papeete. Il y a un espace cuisine et salon pour faire des pauses, un espace avec des mini-box insonorisées et cosy pour faire des petites réunions et une grande salle de réunion. On trouve également un cabine téléphonique pour passer ses appels en toute tranquillité, sans être gêné et sans gêner les autres.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Je viens ici tous les jours pour avancer, travailler sur mon projet. C’est un bel endroit, et je pense que mes projets vont aboutir plus rapidement. (…) De venir ici, cela m’apporte beaucoup d’intimité parce que je peux travailler tranquillement. Et je peux aussi être en contact avec d’autres co-workers qui sont entrepreneurs. Mes échanges sont plus enrichissants que de rester chez moi ou d’aller dans une bibliothèque par exemple. (…) Cela me permet de me concentrer sur mon projet uniquement. Car lorsqu’on est à la maison, souvent on va manger un petit truc dans le frigidaire, on va aller sur Netflix etc. », nous dit Tumata qui réalise des vidéos sur le ‘ori tahiti.

« Je suis dans un bureau d’études où on est souvent amené à travailler en open space. Donc je viens ici pour avoir plus d’intimité et de créativité, et partager nos idées sur certains projets » ajoute Heirani, un autre travailleur indépendant.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Quels contrôles pour les personnes rentrées au fenua et...

Afin de protéger le fenua de la propagation du coronavirus, l’État et le Pays ont instauré le 16 mars dernier, l’obligation d’une mise en quatorzaine pour l’ensemble des passagers rentrées en Polynésie française depuis la métropole ou l’étranger, y compris les résidents.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

CoVID-19 : Point sanitaire depuis la cellule de crise du PaysVOIR LE LIVE
+