fbpx
vendredi 24 janvier 2020
A VOIR

|

Le CESEC s’interroge sur l’efficacité de l’établissement Vanille de Tahiti

Publié le

Le CESEC a examiné un projet d’avis sur le projet de loi du Pays relatif à l’organisation de la filière Vanille.

Publié le 05/12/2019 à 11:46 - Mise à jour le 05/12/2019 à 13:44
Lecture 2 minutes

Le CESEC a examiné un projet d’avis sur le projet de loi du Pays relatif à l’organisation de la filière Vanille.

La filière de la vanille joue un rôle économique et social en Polynésie française, en particulier dans l’archipel des îles sous-le-vent où se situent 90% des exploitations. Le défi consiste à inscrire la vanille dans une démarche durable de qualité en favorisant la création de richesses, d’emplois pérennes et le développement de la filière.

Le projet de loi du Pays soumis à la consultation du CESEC vise à moderniser l’organisation et le fonctionnement de la filière vanille avec pour objectif constant d’inscrire « la promotion de la vanille dans une optique qualitative » et d’améliorer les conditions de production, de préparation et de commercialisation.

Un bilan de l’action publique en faveur de la filière vanille

Le CESEC considère que l’action publique en faveur de la filière de la vanille engagée depuis des décennies mérite un bilan évaluatif et un état des lieux plus complet et précis, en fiabilisant notamment les données portant sur la production, la préparation et l’exportation. En l’état, il ne dispose pas de tous les éléments d’appréciation de la politique mise en œuvre et n’est pas certain que le projet de loi du pays proposé contribue de manière efficiente aux objectifs poursuivis.

Le CESEC s’interroge sur l’opportunité d’encadrer les autres variétés de vanilles cultivées en Polynésie française à ce jour et celles à venir, ou de se limiter à la seule espèce Vanilla x tahitensis. Il ne dispose pas d’éléments d’informations par genres de vanilles cultivées et créées, en matière de production et de commercialisation.

La tenue de registres et l’obligation de déclaration constituent des formalités administratives qui pèsent sur le temps de travail des agriculteurs et sur leur activité. La véracité des registres pourrait d’ailleurs s’avérer difficile à contrôler en pratique.

Aucun élément d’information n’apparaît concernant le nombre d’agents de contrôle prévu en rapport avec le nombre d’exploitations existantes et à venir, souligne le CESEC dans son compte-rendu.

Défavorable à la taxe DSVE

Le CESEC est défavorable à la mise en place de la taxe dénommée DSVE de nature à peser sur les exportations, au lieu de les encourager. Concernant l’exportation de la vanille immature ou non préparée, de l’espèce Vanilla x tahitensis, il considère que les conditions de qualité du produit exporté ne pourront pas être garanties.

Selon certains acteurs audités, le projet d’avis n’aurait pas fait l’objet d’une consultation de l’ensemble des professionnels de la filière.

Le CESEC considère que l’avenir de la filière vanille est étroitement lié à la mise en œuvre d’un partenariat à la fois rénové et fructueux entre les pouvoirs publics et le monde agricole. Il souligne que les richesses créées dans la filière vanille doivent profiter équitablement à l’ensemble des acteurs concernés.

Le CESEC s’interroge enfin sur l’efficacité de l’établissement Vanille de Tahiti dont les dépenses représentent près de 50 % de la valeur de la production de vanille préparée exportée en 2018. L’institution précise dans son compte-rendu que 322 millions de dépenses totales ont été réalisées en 2018 par l’Epic Vanille et 665 millions de recettes à l’exportation

L’avis du CESEC a été voté à l’unanimité à 40 voix Pour, 0 Contre.

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Le paiement sans contact bientôt généralisé en Polynésie

Jusqu’à aujourd’hui, seule la Banque de Tahiti avait équipé son parc du système de paiement sans contact. D’ici la fin de l’année, l’ensemble des Polynésiens y auront accès. Les techniciens de l’OSB font le tour des commerçants pour installer cette nouvelle fonction. Une opération de grande ampleur puisque le reste du parc compte près de 2 700 terminaux de paiement électronique.

L’inlassable hausse des cotisations sociales

Les nouvelles hausses des cotisations sociales sont effectives depuis le 1er janvier. Adoptées en conseil des ministres le 13 décembre, elles visent la tranche A de la retraite et l’assurance maladie. Des augmentations "nécessaires", juge le gouvernement, malgré les réticences des partenaires sociaux.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La résilience des îles et territoires de la zone...

Le Président, Edouard Fritch, a prononcé un discours, lundi matin, dans le cadre de l’ouverture du séminaire du Conseil de Coopération Economique du Pacifique (PECC), sur le thème "Résilience des îles et territoires de la Zone Asie-Pacifique", et en présence notamment du Haut-commissaire, Dominique Sorain.

Tampons et “cups”: l’Anses demande une information “plus claire”...

L'agence, qui s'était déjà penchée à l'été 2018 sur la sécurité sanitaire des protections féminines (tampons, serviettes hygiéniques, protège-slips et coupes menstruelles, ou "cups"), réitère...

Trois cas confirmés du coronavirus en France, un à...

Trois cas du nouveau coronavirus chinois ont été "confirmés" en France, sur des patients hospitalisés à Paris et Bordeaux, ont annoncé vendredi soir les autorités sanitaires françaises, soulignant qu'il s'agissait des "premiers cas européens".

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X