vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Le Centre de mémoire des essais nucléaires dans une phase d’accélération

Publié le

Les travaux s’accélèrent pour la mise en œuvre du centre de mémoire du nucléaire. Le troisième comité du projet co-présidé par l’État et le Pays a permis de dresser deux groupes de travail : l’un sur l’aspect matériel, l’autre sur le contenu scientifique. La réunion a également permis de fixer un calendrier.

Publié le 05/11/2019 à 15:50 - Mise à jour le 07/11/2019 à 9:07
Lecture 2 minutes

Les travaux s’accélèrent pour la mise en œuvre du centre de mémoire du nucléaire. Le troisième comité du projet co-présidé par l’État et le Pays a permis de dresser deux groupes de travail : l’un sur l’aspect matériel, l’autre sur le contenu scientifique. La réunion a également permis de fixer un calendrier.

Vieux serpent de mer, le projet devrait se concrétiser dès la fin du mois. Un avis d’appel public à la concurrence a été lancé en août. Le choix d’une programmation scénographique et architecturale est attendu dans les prochaines semaines. L’entreprise retenue aura pour mission la mise en exposition du futur centre. L’occasion d’évoquer la polémique de l’accès aux archives scientifiques. « Il s’agit de trouver, dans le respect de la loi -qui est contraignante, qui est intervenue en 2008 et qui a changé les règles de communication des archives après cette date- pour voir comment on peut donner des dérogations soit par rapport au temps de conversation et de non-consultation des archives qui est de cinquante ans, soit en déclassifiant un certain nombre d’archives pour qu’elles soient accessibles à des scientifiques. (…) Il y a des tris à faire dans ces archives. Après, il s’agit de voir au sein de ces archives ce qui est utilisable pour le centre de mémoire où l’objectif est de pouvoir témoigner ce qu’il s’est passé, que les Polynésiens comprennent mieux ce qu’il s’est passé » explique Dominique Sorain, haut-commissaire de la République en Polynésie.

Le futur centre de mémoire du nucléaire où il y a un peu d’amiante et de plomb. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Devant une forte attente des Polynésiens, l’État et le Pays ont voulu donner un coup d’accélérateur au projet. À commencer par la répartition des tâches : la rétrocession du terrain pour l’État, le financement de la construction pour le Pays. « L’Etat transfère un terrain avec des bâtiments au Pays, qui lui se chargera de la construction du centre de mémoire. (…) Il faut avancer rapidement sur le bâtiment, sur le choix d’un programmiste, un opérateur qui va déterminer quel sera globalement le projet futur batimentaire. Il va être désigné au mois de novembre. Il présentera les premiers résultats de ces travaux en janvier. On souhaite aller vite dans le courant du premier semestre de l’année 2020 » ajoute Dominique Sorain.

Aucune échéance n’a encore été fixée pour l’ouverture du futur centre, en travaux de dépollution à ce stade.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

100 personnes sur le dernier vol de continuité territoriale

500 personnes souhaitant rentrer en Polynésie française ont été contactées pour ce dernier vol. Au final, 100 personnes ont répondu favorablement et sont arrivées hier soir à Tahiti par le neuvième et dernier vol de continuité territoriale affrété par l’État et opéré par la compagnie Air Tahiti Nui, en provenance de Paris CDG, via Vancouver.

Witney, maquilleur et entrepreneur autodidacte

C’est une success-story que le confinement avait un peu occultée… Celle de Witney, maquilleur professionnel polynésien, qui a développé sa propre marque de rouges à lèvres.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV