dimanche 5 décembre 2021
A VOIR

|

Le casse-tête de la Toussaint en période de crise covid

Publié le

Pourra-t-on célébrer la Toussaint cette année ? A quelques jours du 1er novembre et alors que les rassemblements restent limités dans les espaces publics, la question se pose toujours...

Publié le 25/10/2021 à 17:51 - Mise à jour le 25/10/2021 à 17:51
Lecture < 1 min.

Pourra-t-on célébrer la Toussaint cette année ? A quelques jours du 1er novembre et alors que les rassemblements restent limités dans les espaces publics, la question se pose toujours...

Avec 2 315 tombes implantées sur une superficie de sept hectares, le cimetière communal de Faa’a accueille à chaque célébration de la Toussaint plus de 4 000 personnes. Mais en raison de la limitation des rassemblements dans les lieux publics, les responsables de cimetières restent prudents : “avec les restrictions, on ne sait toujours pas si on pourrait effectivement fêter la Toussaint comme tous les ans, ou si on est restreints par le nombre qui est de 50 personnes par lieu public”, explique Vatea Heller, chef du service cimetière de Faa’a. “50 personnes, ça ne représente pas grand chose et on attend justement des confirmations de la part du haut-commissaire et du président pour faire en sorte que la Toussaint se fête comme d’habitude. Nous, nous sommes prêts, le plan de circulation, l’accueil du public, les vestiaires, tout est prêt mais il y a ces restrictions-là. On est toujours en période de covid donc il faut se protéger et nous attendons les réponses du haut-commissaire”.

Cela fait plusieurs semaines déjà que les familles s’attèlent à nettoyer et embellir les tombes de leurs défunts. L’idée de ne pas pouvoir s’y recueillir ce 1er novembre est difficile à accepter pour Marcelle, habitante de Faa’a : “tous les jours je suis là, le matin, le soir… Mon mari est parti cette année”.

Chaque année au cimetière ‘E’a Nui, plus de 110 personnes sont mises en terre. Avec l’explosion du nombre de décès, rien qu’au mois d’août, 90 personnes y ont été inhumées.

infos coronavirus