mercredi 29 juin 2022
A VOIR

|

Le CAMSP au service des prématurés du fenua

Publié le

Ce mercredi 17 novembre, c’est la journée mondiale de la prématurité. Au fenua, plus de 200 enfants nés prématurément sont actuellement suivis par le CAMSP, centre d’aide médico-social précoce. Cette structure "de consultations spécialisées" permet aux parents et aux enfants nés plus tôt que prévu d’être suivis par des médecins et des spécialistes paramédicaux.

Publié le 15/11/2021 à 15:42 - Mise à jour le 15/11/2021 à 16:28
Lecture 3 minutes

Ce mercredi 17 novembre, c’est la journée mondiale de la prématurité. Au fenua, plus de 200 enfants nés prématurément sont actuellement suivis par le CAMSP, centre d’aide médico-social précoce. Cette structure "de consultations spécialisées" permet aux parents et aux enfants nés plus tôt que prévu d’être suivis par des médecins et des spécialistes paramédicaux.

Chez les grands prématurés, des troubles de développement tels que la diplégie spastique, la dyspraxie et des troubles sensoriels sont fréquents. C’est pourquoi la direction de la Santé a ouvert en 2004 un centre d’assistance médico-sociale précoce, le CAMSP, composée d’une équipe pluridisciplinaire avec des médecins et des personnels paramédicaux : kinésithérapeutes, psychomotriciens, éducateurs de jeunes enfants, orthophonistes et psychologues.

Le docteur Clémentine Rullier, est responsable de cette structure depuis 4 ans : “Je pense qu’on a vraiment un rôle de prévention et de guidance parentale. On essaye d’apporter des messages, des conseils en matière de stimulation sensorimotrice, de bain de langage, des conseils éducatifs aux parents qui sont parfois un peu démunis ou qui ne savent pas trop comment faire avec leur enfant”.

Pour un meilleur suivi et un accompagnement spécialisé de l’enfant, le CAMSP maintient un lien permanent auprès des écoles et des associations telles que la FRAT et des structures sanitaires du Pays. Et pour permettre aussi un suivi dans les îles, des professionnels paramédicaux sont également présents. “Notre suivi est vraiment complémentaire du suivi des pédiatres de néonatologie. On peut proposer des bilans, des rééducations intensives sur une, deux, trois semaines. Ce qui permet d’apporter aussi une guidance, des conseils aux parents quand ils retournent chez eux, sur leur île, qu’ils peuvent appliquer” précise Clémentine Rullier.

Jusqu’à l’âge de la scolarisation obligatoire, le CAMSP coordonne les soins, fait de la prévention, diagnostique, et prend en charge de manière thérapeutique les troubles du développement de l’enfant prématuré ou de celui présentant des déficits sensoriels, moteurs, mentaux ou des pathologies lourdes, toujours dans l’objectif d’une adaptation familiale, éducative et scolaire.

Article précédentB&B mortel
Article suivantEdition spéciale : le pass sanitaire

infos coronavirus