Le boom du padel tennis au fenua

Publié le

Ce n'est ni du tennis, ni vraiment du squash. Le padel (prononcez : pas d’aile) est dorénavant bien installé du côté du club de Phénix, qui a organisé sa deuxième compétition le week-end dernier sur trois courts fraîchement sortis de terre. Focus sur ce phénomène mondial qui a également conquis le fenua.

Publié le 28/08/2023 à 15:59 - Mise à jour le 28/08/2023 à 16:01

Ce n'est ni du tennis, ni vraiment du squash. Le padel (prononcez : pas d’aile) est dorénavant bien installé du côté du club de Phénix, qui a organisé sa deuxième compétition le week-end dernier sur trois courts fraîchement sortis de terre. Focus sur ce phénomène mondial qui a également conquis le fenua.

Pendant trois jours, les terrains de Padel de l’AS Phénix, à Punaauia, ont été pris d’assaut du matin au soir. Pas moins de 140 équipes étaient inscrites au tournoi du week-end dernier, le deuxième organisé au club depuis que les premiers terrains sont sortis de terre, en octobre 2022. Deux courts avaient été ouverts fin 2022. Et la recette a pris : trois courts flambant neufs ont été inaugurés au mois de juillet.

Sur la piste, à deux contre deux, les échanges peuvent vite être spectaculaires. Qu’ils soient novices ou confirmés, les joueurs adhèrent facilement à cette discipline ludique, attractive et conviviale. « Ça se joue à quatre, forcément tu rencontres du monde, affirme une pratiquante. Forcément, tu as plus de possibilités de jouer la balle qu’au tennis » , dont les courts sont bien plus grands.

La piste de padel est, elle, recouverte d’une moquette et entourée de vitres et de grilles. Ici, plus besoin de courir sur les fonds de cour : on peut laisser la balle rebondir sur la paroi et revenir pour la frapper.

– PUBLICITE –

« J’y ai pris goût, ça me fait moins mal au genou que quand je joue au tennis, explique en souriant l’entraîneur de la sélection tahitienne de tennis Patrice Cotti. Il y a moins de distance à parcourir, il faut apprendre à apprivoiser les vitres et les rebonds, c’est différent. La balle est plus molle et la raquette est plus courte » .

L’association dénombre aujourd’hui plus de 300 licenciés. Pour répondre à la demande, les dirigeants du club ne comptent pas s’arrêter là.  « On va créer une école de padel pour les enfants, assure son président Alain Siu. On va même en construire trois autres, pour atteindre huit courts » .

Huit cours qui seraient suffisants pour accueillir un tournoi international de padel, notamment du World Padel Tour amateur.

À noter que Léa Godallier, native de Manihi et numéro 2 française sera également présente sur les hauteurs de Punaauia en décembre.

Dernières news