fbpx
dimanche 17 novembre 2019
A VOIR

|

Le 2 juillet 1966 “date qui a bouleversé notre histoire”

Publié le

Publié le 01/07/2018 à 14:43 - Mise à jour le 01/07/2018 à 14:43
Lecture 2 minutes

Des chants et des danses pour se souvenir du premier essai nucléaire en Polynésie. Ce lundi 2 juillet, les associations de défense des victimes des essais nucléaire ont répondu à l’appel de Moruroa e tatou. Elles se sont rassemblées dans les jardins de Paofai pour la cérémonie annuelle. La semaine dernière, le président de Moruroa e tatou, Roland Oldham, avait fait part de son souhait de voir le 2 juillet devenir un jour férié.

Lire aussi >>> Moruroa e tatou veut faire du 2 juillet un jour férié

Ce lundi, il s’est à nouveau exprimé sur la symbolique de cette date. ” Nous considérons que juillet est une date importante dans notre histoire. C’est une date à ne pas oublier. C’est une date qui a bouleversé notre histoire, qui marque les Polynésiens pour toujours. Les conséquences des essais seront là pour encore très longtemps.”

La plus grosse peur du président de l’association reste que cette date tombe un jour dans l’oubli. La commémorer chaque année est le moyen, selon lui, d’éviter une telle chose. Il indique : ” C’est aussi le moyen de faire appel nos dirigeants, à nos hommes politiques, à l’état français, d’assumer leurs responsabilités par rapport à ce dossier… “

> Des indemnisations peu nombreuses

Moruroa e tatou estime que les indemnisations restent trop peu nombreuses face au nombre de malades. Les avancées sont insuffisantes. ” Du bout des lèvres, ils font des déclarations, mais en réalité sur les indemnisations, c’est insuffisant. Le Civen ne fonctionne pas comme il faut. Nous sommes encore loin du compte. Il y a eu quatre dossiers d’indemnisation traités cette année… Quand ce chiffre-là sera multiplié par 100, là, je commencerai à croire que l’Etat français commence à assumer ses responsabilités.”
 

Rédaction web avec Thierry Teamo

Des séjours thérapeutiques pour jeunes en difficulté

Depuis trois ans, le nombre de délits commis par des mineurs au fenua est en baisse. Afin de lutter contre la récidive, les adolescents sont pris en charge par la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse. Celle-ci agit sur trois leviers : la famille, l’insertion et la santé. Sur ce dernier volet, trois séjours thérapeutiques ont été organisés cette année. Le dernier vient de se terminer à la Presqu’île.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X