jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

L’association THC plante un pied de paka devant l’assemblée

Publié le

L'association Tahiti Herb Culture a planté un pied de paka devant l'assemblée de la Polynésie française, ce jeudi. Un geste symbolique pour demander à ce qu'une loi autorisant l'usage du cannabis thérapeutique voie le jour en Polynésie.

Publié le 05/03/2020 à 12:53 - Mise à jour le 05/03/2020 à 12:54
Lecture 2 minutes

L'association Tahiti Herb Culture a planté un pied de paka devant l'assemblée de la Polynésie française, ce jeudi. Un geste symbolique pour demander à ce qu'une loi autorisant l'usage du cannabis thérapeutique voie le jour en Polynésie.

L’association Tahiti Herb Culture a choisi le jour de ses huit ans d’existence pour effectuer un geste symbolique, mais toutefois répréhensible par la loi : planter un pied de cannabis devant l’assemblée de la Polynésie française.

« Le fait d’être ici aujourd’hui m’expose devant la loi à des poursuites, mais peu importe, on est là pour la symbolique des choses, a expliqué Karl Anihia, le président de l’association THC, à la dizaine de personnes venues assister à l’événement. C’est-à-dire que pour débloquer cette situation, elle ne passe que par l’institution qui est derrière nous, l’assemblée. Il faut que l’assemblée fasse un texte de loi.

En France, l’usage du cannabis thérapeutique a été autorisé à titre expérimental pendant une durée de trois ans. A partir de septembre, les premiers patients, au nombre de 3000, auront la chance de bénéficier d’un traitement à base de cannabis. Qu’en est-il de la Polynésie ? Qu’en est-il des autres personnes qui veulent elles aussi avoir cette alternative comme soulagement à leur maladie ? »

L’association croit fermement aux vertus thérapeutiques du cannabis, plus précisément du cannabidiol, ou CBD, molécule présente dans la plante. Elle s’est d’ailleurs mise à produire de l’huile de CBD à petite échelle.

« Mais sur 100 messages de demande que l’on reçoit par jour, on en sélectionne que 10 parce que c’est toujours illégal, a poursuivi Karl Anihia dans son discours. Et on n’a pas la possibilité d’en produire tous les mois. Ce sont des cultures de 6 à 9 mois. Faire du ra’au, c’est pas faire plaisir aux gens comme on vend du cannabis dans des sticks ou dans des boîtes. On ne parle pas de la même chose. Je suis là pour apporter une autre vision de la plante.

Pour que l’on soit clair dans l’objectif de l’association, elle n’est pas de soulager ou de guérir les personnes, mais de démontrer que cette plante, c’est un ra’au, ce n’est pas uniquement une drogue. Et à part fumer, il y a beaucoup d’autres choses qu’on peut faire, comme de l’huile, de la crème, du chocolat… », a-t-il conclu.

La DSP est intervenue au terme de la « cérémonie » pour demander aux participants de déterrer le plant de cannabis. Ils ont obtempéré dans le calme et le plant a été confisqué par les autorités.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : le ministre des Outre-mer fait le point...

À la demande de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, celui-ci et les membres de son cabinet, ont tenu une visio-conférence ce matin qui a réuni Dominique Sorain, Haut-commissaire de la République, Edouard Fritch, Président de la Polynésie française et Teva Rohfritsch, Vice-Président.

L’immeuble Juventin en cours de destruction

Sa destruction était annoncée : l'immeuble Juventin et en cours de déconstruction. Construit dans les années 50, le bâtiment abritait l’une des...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV