mardi 1 décembre 2020
A VOIR

|

L’arrivée de l’Évangile célébrée autrement

Publié le

L’Eglise protestante maohi a célébré ce jeudi 5 mars le 223e anniversaire de l’arrivée des premiers missionnaires protestants de la London Missionary Society. Partout en Polynésie, un culte a rassemblé les paroisses protestantes. Mais à Mataiea, le lycée agricole John Doom de Taravao a fêté cet événement d’une autre manière. Ces élèves ont organisé une course de pirogue dans la baie de Tehoro.

Publié le 05/03/2020 à 17:41 - Mise à jour le 06/03/2020 à 16:39
Lecture 2 minutes

L’Eglise protestante maohi a célébré ce jeudi 5 mars le 223e anniversaire de l’arrivée des premiers missionnaires protestants de la London Missionary Society. Partout en Polynésie, un culte a rassemblé les paroisses protestantes. Mais à Mataiea, le lycée agricole John Doom de Taravao a fêté cet événement d’une autre manière. Ces élèves ont organisé une course de pirogue dans la baie de Tehoro.

Célébrer le 5 Mars à la plage, en maillot, en suivant une course de pirogues… l’Eglise protestante maohi n’avait pas habitué ses fidèles à ça.

« D’habitude je vais au temple, là aujourd’hui c’est ici, sourit un participant. C’est mieux, ça change. C’est à renouveler de temps en temps. »

« Pour moi c’est une bonne journée pour une première, confie un autre. En plus je participe, je suis un des parents de Charles Viénot. Je serai dans l’eau, donc c’est que du bonheur. »

« C’est complètement différent, et ça permet aussi de se rencontrer, de mieux connaître tous ceux qui travaillent dans l’enseignement protestant », déclare à son tour une enseignante.

Ces jeunes adolescents ne sont pas des rameurs. Ils sont tous scolarisés au lycée agricole protestant de Taravao. 80 élèves de la seconde à la première supervisent les épreuves de va’a. Et ils sont notés.

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Au buffet, les professeurs vendent les produits réalisés par les élèves. Sorbets, jus de fruits locaux, bananes séchées ou encore la fameuse truffe au chocolat à base d’avocat trouvent preneurs.

« Notre produit phare, les truffes, part vraiment bien, parce que déjà c’est un prix très abordable. On est à 300 francs les truffes, explique Frédéric Gardes, professeur de génie alimentaire. On n’est pas là pour faire du bénéfice, on est là pour valoriser le travail des élèves. »

Alors quel lien y a-t-il entre cette course de va’a et la célébration de l’arrivée de l’Évangile le 5 mars ? Sous le marumaru, les dirigeants de l’Eglise protestante maohi rappellent une page importante de notre histoire.

« Le 5 Mars c’est l’arrivée des missionnaires en bateau, donc l’enseignement a organisé cette journée de course de pirogue sur la mer pour faire rappeler que les anciens, les missionnaires, les tupuna sont venus par la mer aussi », déclare Tehuiarii Pifao, le vice-président de l’Eglise protestante maohi.

« Il était important que l’enseignement protestant, au travers de son directeur général Thierry Temauri, fasse valider auprès de l’Eglise le fait qu’on puisse fêter l’arrivée de l’Evangile à la manière de nos ancêtres, par la mer, en fêtant cet événement sur l’eau », indique quant à lui Gordon Barff, le directeur du lycée agricole John Doom de Taravao.

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Te Hiva Hoe, c’est le nom de cette deuxième édition organisée par le lycée agricole John Doom de Taravao. 30 clubs s’affrontent sur une distance de 250 mètres. Dès le départ, les Tamarii Mataiea affichent leur intention de victoire. A son bord, le parrain du Hiva Hoe, le champion du monde de kayak Hiromana Flores.

Le Hiva Hoe est désormais inscrit dans le calendrier de la Fédération tahitienne de va’a. Une bonne note pour tous les élèves du lycée agricole qui n’ont pas chômé en ce jour férié. Ils pourront profiter d’un long week-end à partir de ce vendredi.

infos coronavirus

À partir du 15 décembre, retour à la normale pour les voyages France – Polynésie

Les Français retrouveront avec la levée du confinement la liberté de circulation à partir du 15 décembre, a affirmé mardi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, expliquant qu'il n'y avait "aucun problème à réserver" un billet d'avion pour les outremers.