vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

L’activité du Centre Vaima est au ralenti

Publié le

Publié le 04/08/2016 à 6:34 - Mise à jour le 04/08/2016 à 6:34
Lecture 2 minutes

C’est une période redoutée chaque année. De mi-juin à début août, la fréquentation est en chute dans les allées du Vaima. Pour maintenir son activité, cette gérante de boutique de prêt-à-porter s’organise. « On fait comme on peut, on organise des soldes, on va essayer de redynamiser la boutique, de changer les rayons, de changer les affaires de place, et d’attirer avec des produits différents et des prix différents », a témoigné Estelle Touton, gérante.
 
Certains commerces optent pour un réaménagement des horaires de travail. Moins de clients, c’est du temps pour préparer les nouveaux stocks.  Dans une boutique voisine, l’activité tourne plutôt bien au contraire. Cette jeune entrepreneuse habituée aux salons, a parié sur l’ouverture de son magasin, en période creuse. La nouveauté stimule ses ventes. « En général ceux qui prennent la peine de venir, dépensent. Ca fait un mois qu’on est ouvert, on a fait un super bon démarrage, même si on est en période creuse », s’enthousiaste Sophie-Laure Frouge, commerçante.
 
L’activité économique du centre est en dent de scie, à l’image de ses étages. La plazza haute reste plus dynamique que cette zone située quelques mètres en dessous. Ici, plusieurs boutiques sont vides. Pour l’association des commerçants, juin et juillet sont particulièrement difficiles, car au 31 juillet, les commerçants ont aussi du régler la patente, la TVA et les impôts.
 
L’implantation de grandes surfaces en périphérie de Papeete n’arrange pas les affaires. Le manque et le coût du stationnement sont aussi pointés du doigt . Certains commerces du Centre Vaima estiment que leur chiffre est en baisse de 10 à 30 % par rapport à l’an passé.
 

Thomas Chabrol

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu