fbpx
vendredi 28 février 2020
A VOIR

|

L’Académie marquisienne célèbre ses 20 ans

Publié le

L'académie marquisienne célèbre cette année ses 20 ans d'existence. Antoinette Kohumoetini Duchek, l'un de ses membres, était notre invitée en plateau pour en parler.

Publié le 15/01/2020 à 11:42 - Mise à jour le 15/01/2020 à 12:33
Lecture 2 minutes

L'académie marquisienne célèbre cette année ses 20 ans d'existence. Antoinette Kohumoetini Duchek, l'un de ses membres, était notre invitée en plateau pour en parler.

Elle a vu le jour, officiellement, par décret, le 27 janvier 2000 : l’Académie marquisienne, initialement intitulée Tuhuna ‘Eo Enata, s’est donné pour mission d’enrichir et de sauvegarder la langue marquisienne.

Parmi ses membres fondateurs, on retrouve Alain Fournier, Joseph Kaiha, Lucien Kimitete, Antoinette Kohumoetini épouse Duchek, Léonie Peters épouse Kamia, Delphine Taiapupu épouse Rootuehine, Félicienne Taiaapu épouse Heitaa, Julien Tamarii, Georges Teikiehuupoko, Léone Teikipupuni épouse Tauhiro, Tehaumate Tetahiotupa, Sarah Tetuanui-Peters épouse Vaki et Mathias Tohetiaatua.

Invitée de notre journal mardi soir, Antoinette Kohumoetini Duchek, membre de l’Académie marquisienne, a effectué un état des lieux de l’usage de cette langue par les familles originaires de l’archipel :

“La culture marquisienne, on peut dire qu’elle est vivante, et beaucoup d’événements nous le montrent. C’était le cas du Matavaa il y a quelques semaines. Les jeunes s’approprient leur culture, à leur manière. Par la musique, par le tatouage, et de ce côté-là, ma culture est vivante. Au niveau de la langue, par contre, on a quelques inquiétudes tout de même. Le constat est fait par les enseignants et les spécialistes de la langue marquisienne aux Marquises : la langue marquisienne est de moins en moins parlée dans les familles. On a l’impression que la langue marquisienne n’est plus tout à fait la langue maternelle dans certaines familles.
En étant enseignante ici à Tahiti, je remarque que les jeunes Marquisiens qui viennent sur la Société ont cette particularité de vouloir montrer qu’ils sont Marquisiens. Je pense que l’éloignement les encourage à s’approprier leur culture, leur identité, notamment à travers la langue et la danse.”

De gauche à droite, Jacques Iakopo Pelleau, Georges Toti Teikiehuupoko, Tehaumate Tetahiotupa, Antoinette Duchek, Félicienne Heitaa, Julien Tamarii, Sylvain Fournier, Delphine Rootuehine et Gabriel Teikitekahioha. (crédit photo : académie marquisienne)

La semaine dernière, Te Pu Tuhuka Èo Ènana a tenu une assemblée générale à Taioahe. Il a été question des célébrations officielles de cet anniversaire. Fin octobre, une série de manifestations marquera l’événement.

Déjà présente sur les réseaux sociaux à travers sa page Facebook, l’académie va se doter, cette année, d’un site Internet afin de promouvoir la langue.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Hiva Oa, l’île aux Tiki

Lorsque l'on parle de Tiki, on fait souvent référence à l'archipel des Marquises. Et selon certains spécialistes de la culture du Henua Enana, Hiva Oa serait l'île aux mille Tiki. En effet, cet emblème du passé est présent dans toutes les vallées...

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X