dimanche 9 août 2020
A VOIR

|

La section garçons de la Maison Familiale Rurale de Vairao agrandie

Publié le

La cérémonie de démarrage des travaux d’extension et de rénovation de la Maison Familiale Rurale (MFR) de Vairao section garçons, s’est déroulée, jeudi, en présence de représentants du ministère en charge de la formation professionnelle, de maires des communes de la Presqu’île, de représentants de l’Assemblée de Polynésie et des instances dirigeantes du CPMFR.

Publié le 20/12/2019 à 10:44 - Mise à jour le 20/12/2019 à 10:59
Lecture 2 minutes

La cérémonie de démarrage des travaux d’extension et de rénovation de la Maison Familiale Rurale (MFR) de Vairao section garçons, s’est déroulée, jeudi, en présence de représentants du ministère en charge de la formation professionnelle, de maires des communes de la Presqu’île, de représentants de l’Assemblée de Polynésie et des instances dirigeantes du CPMFR.

En début d’année, la ministre du Tourisme et du Travail, Nicole Bouteau, avait visité l’ensemble des MFR situées sur Tahiti. À cette occasion, elle avait pu constater l’état de vétusté de certains établissements accueillant les élèves, notamment celles de Vairao. Suite à cette visite, les crédits nécessaires aux travaux de rénovation et d’extension ont été inscrits au budget du Pays pour un montant de 80 millions de Fcfp.

Les bâtiments composant la MFR de Vairao garçons ont près de 16 ans d’ancienneté. Ils avaient besoin, d’une part, d’une réhabilitation des murs mais aussi d’un réaménagement des locaux en vue d’augmenter la capacité d’accueil et d’hébergement, la structure étant très appréciée pour ses formations dans le secteur de l’agriculture.

(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Les MFR trouvent leurs origines en métropole, dans les années 30, à l’initiative de paysans qui ne trouvaient pas de réponses adaptées pour leurs enfants dans le système scolaire classique. De cette initiative est né le concept d’alternance : une spécificité qui a été le moteur de la pédagogie en Maisons Familiales Rurales. Constituées sous le statut d’association, les MFR ont historiquement développé leur pédagogie de l’alternance au travers de la formation scolaire, puis de l’apprentissage et de la formation continue. C’est dans les années 80 que les premières MFR ont vu le jour en Polynésie. La MFR de Vairao fait ainsi partie des pionnières.

En novembre dernier, Nicole Bouteau avait visité l’Union Nationale des Maisons Familiales Rurales (UNMFREO), en métropole. L’UNMFREO accompagne les MFR polynésiennes depuis 2018 en matière de formation des directions et équipes pédagogiques avec pour objectif d’augmenter les niveaux de qualification et de formation des personnels. À l’occasion de cette rencontre, la ministre a évoqué l’évolution de la carte des formations. Il s’agit d’une volonté exprimée par certaines MFR de Polynésie de développer de nouvelles offres de formation notamment dans le domaine du tourisme. 

L’année 2020 verra la réhabilitation de la MFR de Tahaa ainsi que les études relatives au déplacement de la MFR section filles de Vairao.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV