dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

La Santé entre en grève

Publié le

La grève est effective depuis ce mercredi matin à l’hôpital du Taaone, au centre de formation Mathilde Frébault et à la direction de la Santé. Ces agents demandent plus de moyens pour une meilleure prise en charge des soins et une discussion avec les ministères de la Santé, du Travail et de la Fonction publique. Aucune négociation n'a eu lieu ce jour.

Publié le 28/08/2019 à 17:36 - Mise à jour le 29/08/2019 à 11:23
Lecture 2 minutes

La grève est effective depuis ce mercredi matin à l’hôpital du Taaone, au centre de formation Mathilde Frébault et à la direction de la Santé. Ces agents demandent plus de moyens pour une meilleure prise en charge des soins et une discussion avec les ministères de la Santé, du Travail et de la Fonction publique. Aucune négociation n'a eu lieu ce jour.

La santé s’essouffle et ses agents le font savoir ! Si à la direction de la Santé, c’était le calme plat ce mercredi matin. Du côté de l’hôpital du Taaone, près d’une centaine de salariés des différents services étaient sur le piquet de grève. Après l’échec des discussions de la veille, l’intersyndicale a lancé une grève illimitée. Treize points de revendications ont été déposés ici. Parmi les principaux : la revalorisation de la grille, la prime d’assiduité et le 13e mois.

« Nos principales revendications datent de plus de 15 ans, pour certaines 5 ans, lâche Mireille Duval, secrétaire générale adjointe CSTP/FO au CHPF. Et c’est simple, c’est le respect des valeurs, la reconnaissance des compétences, la mise en place de concours et pourquoi pas la révision statutaire. Ça fait longtemps qu’on demande ça, et ça suffit. »

Les médecins, eux, ne sont pas en grève. Ils continuent d’accueillir les malades. Le Centre hospitalier de la Polynésie française assure un service minimum.

À Mamao, l’institut de formation Mathilde Frébault est aussi en grève. Pour la première fois depuis 50 ans, 6 des 9 formateurs ont cessé les cours. Ils demandent plus de moyens et de considération.

« On nous a retiré nos congés pédagogiques qui étaient une juste compensation du travail qu’on était censé faire à la maison, explique Raphaël Colombani, délégué CSTP/FO du personnel. Et donc à partir du moment où on nous retire cette compensation, soit on travaille à la maison pour la gloire, soit on ne le fait plus. »

Aucune négociation n’était prévue dans l’après-midi entre l’intersyndicale et les ministères de la Santé, de la Fonction publique ou du Travail. Si la grève est toujours effective lundi, jour de rentrée à l’institut Mathilde Frébault, 90 étudiants infirmiers n’auront pas cours. À l’hôpital du Taaone, les grévistes menacent de filtrer les entrées.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé indique avoir dénombré, ce mercredi, 18 grévistes, soit moins de 2% des effectifs sur un total de 1058 agents, tous services confondus, à la direction de la Santé ; et 69 grévistes (34 ont été assignés pour nécessité de service) sur un effectif total de 880 agents, au CHPF (Centre hospitalier de la Polynésie française).

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Déconfinement et reprise du sport en douceur

Les sportifs ont repris le chemin des salles et des terrains d’entraînement. Chaque club avait établi un protocole de reprise avant l'annonce du déconfinement et il est difficile de tout gommer en quelques jours. Le retour à la normale va être progressif. Tour d’horizon de quelques disciplines...

Tahiti, Moorea-Maiao : les modalités de reprise pour les...

Les écoles de danse, de chant et de musique peuvent reprendre leurs activités. En adéquation avec le ministère de la Santé, et suite aux échanges et réunions avec les différents acteurs du secteur, le ministère de la Culture a établi un protocole de reprise de l’activité constitué de recommandations fortes, qui sera sujet à modifications en cas d'évolution du contexte sanitaire.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV