dimanche 7 mars 2021
A VOIR

|

La rotative de La Dépêche de Tahiti bientôt « à la ferraille »

Publié le

Publié le 09/08/2018 à 12:51 - Mise à jour le 09/08/2018 à 12:51
Lecture 2 minutes

Les rotatives de l’imprimerie de La Dépêche de Tahiti ne tourneront sans doute plus jamais. A l’arrêt depuis six mois, elles n’ont pas trouvé de repreneur ce vendredi matin. La société La Rotative de La Dépêche qui gère l’imprimerie a été placée en liquidation judiciaire au mois de mars dernier.

>>> Lire aussi : Le tribunal de commerce prononce la liquidation judiciaire de l’imprimerie de La Dépêche de Tahiti

Ce vendredi, une vente aux enchères a été organisée au siège du journal, à la Fautaua, pour vendre le matériel qui a permis l’impression du journal pendant 54 ans. Serge Leontieff, commissaire-priseur, a orchestré cette vente.

Il n’y avait pas de mise à prix de départ. Personne ne s’est prononcé pour racheter la rotative. Le commissaire-priseur explique : « La rotative, c’est une grande machine qui coûte horriblement cher. J’ai contacté beaucoup de professionnels pour qu’ils viennent et il s’avère que personne n’est venu. Je n’ai pas vendu la rotative. […] Je crois que personne n’en veut. Elle risque de partir à la ferraille. » Il y a quelques mois, l’entrepreneur Teva Sylvain aurait fait une offre à trois millions de francs mais n’a pas donné suite.

>>> Lire aussi : Teva Sylvain veut racheter la rotative de la Dépêche de Tahiti

Ce vendredi, seuls des particuliers sont venus pour acheter du matériel de bureau. Au total, la vente s’élève à 100 000 francs. Veroarii Montaron, propriétaire d’une quincaillerie, détaille : « Ce matin, j’ai pris des étagères, de la ferraille. J’en ai eu en tout pour 40 000 francs. Cela servira à notre atelier et à notre magasin. »

Salariés et anciens employés de La Rotative de La Dépêche ont aussi fait le déplacement. Heimana Tetaria, responsable de la maintenance, regrette que la machine sur laquelle il a travaillé pendant plus de 20 ans ne trouve pas de repreneur. Il souligne : « Cela me fait mal au cœur… J’ai 23 ans de service. Lui (NDLR : Dominique Auroy, P-dg du groupe), en quatre ans, il a tout cassé. Ça me fait mal… 15 salariés sont sur le carreau, ce n’est pas facile. »

Le responsable de la maintenance est un des rescapés. Il devrait commencer la semaine prochaine dans une autre imprimerie, qui appartient au concurrent.

> La descente aux enfers

Depuis le rachat du journal par son actuel directeur, c’est la descente aux enfers pour le groupe : fermeture des Nouvelles, suppression des éditions du week end, les ressources humaines du groupe ont fondu comme neige au soleil, à l’image du réseau de correspondants des îles. Certains affirment ne pas avoir été payés depuis plusieurs mois. Plusieurs salariés évoquent des retards de paiement des salaires.

Avec des dettes estimées à plusieurs centaines de millions de francs, le groupe a été placé en redressement judiciaire par le tribunal mixte de commerce il y a deux mois. Les créanciers ont jusqu’au 3 septembre pour faire valoir leur droit auprès du mandataire judiciaire.

Une période d’observation de six mois a été fixée. A l’issue, La Dépêche de Tahiti pourra continuer son activité si ses dettes sont épongées ou qu’un plan de redressement est accepté, à moins qu’un repreneur se fasse connaître. Sinon, le groupe connaîtra le même sort que Les Nouvelles.
 

Rédaction web avec Laure Philiber et Mata Ihorai 

infos coronavirus