jeudi 25 février 2021
A VOIR

|

La Reine des neiges met KO les Avengers

Publié le

Publié le 03/08/2016 à 13:42 - Mise à jour le 03/08/2016 à 13:42
Lecture 2 minutes

De la mine boudeuse à la réjouie, cela tient à pas grand chose. Un cartable ou une trousse. Mais pas n’importe lesquels. Il faut que ces objets du quotidien des enfants soient à l’effigie de leurs héros. Et cela au grand désespoir des parents qui voient le budget rentrée largement empiété par ces achats qui, il faut le reconnaître, coûte bien plus cher qu’un simple cartable estampillée d’une marque de grande surface ou de discount. Mais comme le dit l’adage, « Quand on aime, on ne compte pas », les parents finissent par céder aux désidérata de leurs enfants. Pour cette mère de famille croisée au rayon papeterie d’une grande surface de la place « effectivement les prix sont un peu plus élevés  pour les cartables  Reine des neiges, mais bon, c’est un cartable pour une année. On se rattrape sur les stylos, les crayons, où là je prends les moins chers. »

Si les super héros se livrent des batailles homériques sur les grands écrans, il font  de même dans les rayons des supermarchés. Et là, ça ne rigole plus. La Reine des neiges terrasse sans pitié les supers héros en tenue de latex. De quoi donner des cheveux blancs à Tony Stark. Les seuls à pouvoir rivaliser avec l’héroine venue du froid viennent des confins de la galaxie Star Wars.

Samantha Utia, responsable du rayon papeterie confirme la tendance « la Reine des neiges est  indétrônable, bien que le film date de 2013, c’est la troisième collection en un mois que l’on installe. Les petites filles s’identifient à elles. Pour les garçons entre 8 et 10 ans, Star Wars est en tête suivi par Batman Superman, Spiderman etc.. » La prochaine sortie du nouveau Disney « Vaiana », mettra t-il un terme à l’hégémonie de la Reine des neiges dans les rayons des papeteries.. « Tout dépendra de la qualité du film, déclare Samantha,  j’espère qu’il y aura des produits dérivés, histoire de mettre la Polynésie à l’honneur ».

Rédaction web avec Thomas Chabrol 

Interview Samantha Utia

infos coronavirus