lundi 8 mars 2021
A VOIR

|

La prudence n’attend pas le nombre des années

Publié le

Publié le 16/09/2016 à 13:15 - Mise à jour le 16/09/2016 à 13:15
Lecture 2 minutes

A Punaauia, le quartier de Punavai est devenu le terrain de jeu des jeunes cyclistes accompagnés par leurs parents . L’événement “Mobilité pour tous, une journée sans voiture” est aussi un moyen sensibiliser le public aux  comportements à avoir pour rouler en toute sécurité , car l’actualité nous rappelle trop souvent les dangers de la route.

Heinui Tepahauaitaipari employée à la mairie de Punaauia: « On essaie de favoriser le vélo, mais le vélo, il faut savoir le prendre sur la route. On a initié des parcours pour que les enfants apprennent comment se comporter sur la route. »

Si c’est une journée placée sous le signe des loisirs, on n’en dédaigne pas pour autant la pédagogie. Ateliers, présence de la police municipale, tout est fait pour que les enfants apprennent les bons comportements. « Les mutoi de Punaauia se sont mobilisés car ils sont les premiers concernés, au quotidien, ils voient ce qui se passe sur la route, les accidents etc… La direction des Transports terrestres est présente aussi pour sensibiliser le public aux risques de la route. »

Manaiki,  jeune garçon d’une dizaine d’années, a compris que l’on ne roulait pas n’importe comment à vélo. « il y a des endroits où il faut s’arrêter, il y a des panneaux » Quoi comme panneaux… Instant d’hésitation… « Le panneau stop. On s’arrête. On regarde d’abord à gauche, puis à droite. Et s’il n’y a pas de voitures, on peut y aller ». Espérons qu’à l’adolescence, il n’oublie pas ses belles paroles.

Steven Tutavae est chef de la brigade motorisée de Punaauia, « Autant pour les vélos que pour les piétons, il y a des règles à respecter. Concernant les enfants, on leur apprend les panneaux de signalisation, comment passer les dos d’âne. » Et les protections ? « C’est pas évident les protections, la plupart des jeunes roulent en savates et n’ont aucune protection. Pas de lumière non plus. Il faut vraiment sensibiliser les jeunes à ce niveau là. »

Dans un pays où les accidents de la route mettant en cause des cyclistes sont relativement courants, il est bon de temps à autres de rappeler les règles de base à la jeunesse. Même si l’on sait pertinemment qu’arrivé à un certain âge, on oublie vite la prudence élémentaire, histoire de frimer devant les copains et les copines.
 

Rédaction Web avec Thomas Chabrol

infos coronavirus