La Polynésie bientôt intégrée au Gruan, le réseau international dédié aux variations climatologiques

Publié le

Dans le cadre de sa mission d’observation et de collecte de données de l’état de l’atmosphère, l’antenne Météo France du fenua est sur le point de franchir une étape importante. Le système mondial d’observation du Climat, le Gruan, qui rassemble une quarantaine de stations d’observation par radiosondages éparpillées dans le monde a fait part de son souhait d’intégrer la Polynésie à son réseau.

Publié le 09/02/2023 à 15:38 - Mise à jour le 10/02/2023 à 9:30

Dans le cadre de sa mission d’observation et de collecte de données de l’état de l’atmosphère, l’antenne Météo France du fenua est sur le point de franchir une étape importante. Le système mondial d’observation du Climat, le Gruan, qui rassemble une quarantaine de stations d’observation par radiosondages éparpillées dans le monde a fait part de son souhait d’intégrer la Polynésie à son réseau.

C’est grâce au radiosondage, un outil de mesures du vent, de la température ainsi que de l’humidité que Météo France arrive à prévoir le temps qu’il fera. Le radiosondage consiste en un lâcher de ballon tous les jours, de préférence à la même heure. Depuis 1950, 4 stations ont vu le jour. À Rikitea, Rapa et Hiva Oa, le lâcher se fait manuellement. Mais c’est surtout la station de Faa’a qui a attiré l’attention du Gruan.

« Nous avons aussi des radio sondages à Météo France pour la Polynésie qui sont effectués à Rikitea, à Rapa et à Atuona où ce sont des lâchers manuels alors qu’ici nous avons un robot sonde qui automatise la tâche, explique Fabien Crépin, Ingénieur à Météo France. Aujourd’hui on a la chance ici d’intégrer ce réseau qui s’appelle Gruan qui va permettre, sur les stations sélectionnées, d’avoir une mesure encore plus précise de l’incertitude et des erreurs qu’on a dans la mesure. Ce qui fait que ces données vont pouvoir être utilisées dans des études fines et dans des études pour qualifier notamment le changement climatique. »

Très sélectif, le Gruan enregistre dans son réseau une quarantaine de sites de mesures de variables climatiques : aux Etats-Unis, en Allemagne, en Suisse ou encore au Japon, pour ne citer qu’eux. Mais il est très peu représenté dans le Pacifique. « Il faut savoir que dans le Pacifique en général, que ce soit pour les mesures d’altitude ou les mesures au sol, on n’a peu de points de mesure. Par exemple, pour la Polynésie on a une trentaine seulement de stations automatisées qui font des mesures en temmps réel pour le sol. On a quatre radio sondages. Et à l’extérieur, le Pacifique est assez pauvre en mesures effectuées. Donc il y en a un petit peu en Australie, en Nouvelle Zélande, mais sur le centre du Pacifique qui est pourtant un territoire très grand, on n’a pas de mesures. Ce qui fait que les mesures qui sont faites ici ont une grande valeur en informations. Elles sont riches d’informations pour ce qu’on peut en tirer et c’est pour ça qu’on a eu la chance d’être retenus dans ce réseau. »

Bien positionnée, l’antenne Météo France de Faa’a doit d’abord se soumettre à différents examens avant d’obtenir la certification Gruan : expliquer les procédures d’utilisation du radiosondage ainsi que les nouvelles techniques employées pour mesurer les températures et l’humidité.

Dernières news

Activer le son Couper le son